Screen Actors Guild Awards : «Oppenheimer», le grand gagant 

126

Le film «Oppenheimer» a remporté samedi le prix le plus convoité des SAG Awards, attribués par le syndicat des acteurs d’Hollywood, une récompense généralement considérée comme un bon indicateur en vue des prestigieux Oscars. 

Cette année, les Screen Actors Guild Awards ont été pour la première fois diffusées sur Netflix, donnant à cette cérémonie hollywoodienne, traditionnellement vue comme une rampe de lancement pour les Oscars, une meilleure exposition, avec les 260 millions d’abonnés de la plateforme en streaming. 

Les membres du syndicat SAG-AFTRA étaient venus en nombre à cette 30ème édition, la première depuis que les acteurs ont obtenu gain de cause en décembre contre les studios après plusieurs mois de grève. 

Grand favori, «Oppenheimer» de Christopher Nolan qui a déjà raflé des récompenses majeures aux Golden Globes, Critics Choice Awards, DGA Awards et aux Bafta britanniques s’est vu attribuer le prix le plus prestigieux des SAG: le «meilleur ensemble d’acteurs». 

Ces dernières années, «Parasite» (2020), «CODA» (2022) et «Everything Everywhere All At Once» (2023) avaient bonifié une victoire dans cette catégorie par un Oscar du meilleur film. 

«Oppenheimer», le drame épique sur le père de la bombe atomique, a également remporté samedi le prix du meilleur acteur pour Cillian Murphy, qui incarne le scientifique en titre, et le prix du meilleur acteur dans un second rôle pour Robert Downey Jr, qui interprète son rival acharné. 

«Merci de m’avoir invité à jouer un rôle authentique dans la réalisation de ce film d’une importance effrayante», a déclaré l’acteur Kenneth Branagh, au nom du casting d’«Oppenheimer». 

Le comédien a aussi rappelé à l’audience que l’équipe avait quitté la première du film à Londres mi-juillet en signe de solidarité avec le mouvement qui s’apprêtait à entrer en grève. 

«Nous avons quitté le tapis rouge et nous n’avons pas vu le film ce soir-là. Nous avons joyeusement pris le chemin de la solidarité avec vous», a-t-il dit. 

Les acteurs d’Hollywood ont mis fin au mouvement après 118 jours de grève et la ratification en décembre d’un accord avec les studios, prévoyant une revalorisation importante des salaires et instaurant des garde-fous contre l’utilisation de l’intelligence artificielle. 

«Vous avez survécu à la plus longue grève de l’histoire de notre syndicat avec courage et conviction», s’est émue la présidente, Fran Drescher.