Spotify : les revenus générés par les artistes produits en France en hausse de 21% en 2022

90

Les revenus générés sur Spotify par les artistes produits en France ont enregistré une hausse de 21% en 2022, a dévoilé mardi à Paris la première plateforme sur le marché mondial du «streaming» musical. C’est la première fois que Spotify France communique ce genre de données.

En 2022, toujours uniquement sur Spotify, les revenus générés par les artistes produits en France ont atteint près de 225 millions d’euros, soit trois fois plus qu’il y a cinq ans.

Le nombre d’artistes produits en France ayant généré plus de 100.000 euros sur Spotify (515 millions d’utilisateurs, plus de 180 pays) est 3,5 fois supérieur à ce qu’il était en 2017.

«On reverse quasiment 70% du chiffre d’affaires aux ayants droit (l’industrie musicale), donc pas directement à l’artiste, ce qu’il touche dépend du modèle qu’il a choisi ou qu’on a choisi pour lui, c’est très différent entre un auteur-compositeur-interprète indépendant et quelqu’un sous contrat avec un label», a souligné Antoine Monin, directeur général pour la France et le Benelux de Spotify lors d’un point presse.

«Nous sommes souvent interpellés sur l’économie du streaming, avec des calculs parfois approximatifs car les sommes reversées dépendent vraiment d’un artiste à l’autre», a-t-il ajouté. En 2022, plus de la moitié des royalties générées par les artistes produits en France proviennent de «streams» hors de l’Hexagone. Dans le Top 10 des artistes produits en France les plus écoutés à l’international, David Guetta domine le podium, suivi par DJ Snake et Daft Punk. Jul est 4e et Aya Nakamura 8e (59% des streams de la chanteuse proviennent d’écoutes hors de France).

En moyenne, sur Spotify, un artiste produit en France génère 40% d’écoutes en ligne en plus à l’international en 2022. La musique produite en France est d’abord «streamée» dans l’Hexagone, puis viennent États-Unis, Allemagne et Belgique. A noter aussi le Mexique, en 7e position.

En se félicitant avec ses chiffres d’avoir contribué, en tant que leader du marché mondial des plateformes musicales, à la bonne santé à l’international des productions françaises, Spotify affiche en creux son opposition, déjà connue, au projet de taxe du streaming pour aider le made in France musical à l’export.

«Nous avions prévu de dévoiler ces données depuis longtemps, mais, oui, quand on nous dit que le projet d’une taxe streaming doit aider à export, innovation et structuration, on se dit qu’au niveau export et numérique on a fait notre part», a conclu Antoine Monin.