Sud Radio Groupe devient 1981

245

 

Allégé de Sud Radio, vendue en septembre, le groupe éponyme (stations Latina, Ado, Wit…) s’est rebaptisé Groupe 1981, en souvenir de l’année de naissance des radios libres, et a annoncé mardi plus de 5 millions d’euros d’investissements. Premier groupe de radio indépendant, avec 1,5 million d’auditeurs quotidiens sur ses 7 stations (Latina, Ado, Wit, Vibration, Voltage, Forum et Blackbox), le Groupe 1981 a réalisé en 2012 un c.a. de 19 millions d’euros pour 3,6 millions d’excédent brut d’exploitation, hors Sud Radio, a expliqué le PDG Jean-Eric Valli. Il prévoit un «résultat stable en 2013, dans un marché radio qui se tasse», a-t-il ajouté lors d’un point de presse. La station Sud Radio a été vendue en septembre au groupe de services aux entreprises Fiducial, pour 7 millions d’euros selon la presse spécialisée. Cette station généraliste du sud-ouest pesait lourdement sur les comptes du groupe: en incluant Sud Radio, il affichait en 2012 un c.a. de 22 millions d’euros mais un résultat d’exploitation 2 fois moindre, de 1,8 million, a précisé M. Valli. Depuis la cession de Sud Radio, que le groupe détenait depuis 2005, «nous nous sentons comme une montgolfière qui décolle après avoir jeté un sac de sable», a-t-il remarqué. Pour les 3 ans qui viennent, le Groupe 1981 veut investir massivement, a-t-il expliqué: 3 millions d’euros pour enrichir ses contenus et 2 millions pour se renforcer sur le digital, auxquels s’ajouteront 500.000 euros pour lancer une station au Bénin. «Mais le média radio reste aujourd’hui essentiellement analogique. Notre futur passe par le renforcement de notre présence en FM en analogique», a estimé M. Valli, qui espère obtenir enfin de nouvelles fréquences, comme le réclament toutes les radios indépendantes. Le groupe s’appuie sur des stations qui ont chacune leur spécificité et leur enracinement local, en 1er lieu Latina, qu’il a acquise en 2006, dédiée aux cultures et aux musiques latines.