Sursis éventuel de pub sur France Télévisions: les annonceurs satisfaits

    109

    L’Union des annonceurs sera satisfaite d’un éventuel sursis de deux ans accordé à France TV concernant la suppression de la publicité en journée, a déclaré mercredi Gérard Noël, vice-président directeur général de l’UDA. «Dans le paysage audiovisuel, France TV reste un acteur majeur. Même après la suppression de la publicité après 20 heures (début 2009, NDLR), 70% des annonceurs des grandes chaînes historiques continuent à utiliser les chaînes publiques», a relevé M. Noël. France TV (France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô) devrait engranger environ 400 millions d’euros de recettes publicitaires cette année. France Télévisions permet de toucher de façon «très attractive et avec des coûts avantageux» deux cibles particulières: les seniors et les cadres supérieurs, selon l’UDA. «Le coût (pour les annonceurs, NDLR) est deux à quatre fois moins chers pour toucher ces cibles sur France Télévisions que sur les chaînes privées», a assuré M. Noël. En outre, 130 annonceurs, principalement des PME, n’utilisent exclusivement que les chaînes publiques. «Cela signifie que 130 annonceurs seront confrontés à la disparition du seul média TV qu’ils utilisent», si la publicité devait être supprimée avant 20h00, selon M. Noël. L’UDA s’inquiète également d’une concentration du marché publicitaire autour du groupe TF1 (TF1, TMC, NT1) en cas de suppression de la publicité à France TV. «Ce sera moins supportable pour les annonceurs», a prévenu M. Noël. Selon site Internet du quotidien «Le Figaro», le ministère de l’Economie et des Finances s’apprête à prolonger de deux ans l’activité de la régie de France Télévisions.