T. BERTHIER (Toon Factory) : « Toutes nos séries d’animation ont du fond »

323

Toon Factory a lancé le 4 mai dernier sa nouvelle série d’animation «Sardine de l’espace» (52X12’) avec Télétoon+. La société spécialisée dans les séries pour la jeunesse multiplie en parallèle de nouveaux projets de séries. Entretien avec Thierry BERTHIER, PDG de Toon Factory.

media+

Fondée en 1999, comment Toon Factory regroupe-t-elle aujourd’hui ses activités ?

Thierry BERTHIER

Toon Factory produit exclusivement des séries jeunesse. On se positionne davantage sur du cartoon, à base d’humour, avec toujours du fond, en 2D, et qui sont assez souvent des adaptations de livres ou de BD. A travers une autre société, Tabb Productions, nous proposons de la prestation technique mais aussi du doublage, de la post-production, du compositing ou encore des effets spéciaux. Enfin, à travers, Toon Distribution, nous assurons la distribution de contenus audiovisuels. C’est le cas de la collection de séries adaptées du manga best-seller de Konami Kanata, «CHI une vie de chat» et «CHI, mon chaton». 

media+

Quelles sont les spécificités de votre dernière production, «Sardine de l’Espace» ?

Thierry BERTHIER

Cette série d’animation de 52X12’ pour les 6-10 ans, lancée exclusivité sur Télétoon+, est adaptée de la BD en 13 tomes de Joann Sfar, Emmanuel Guibert (Grand Prix de la BD d’Angoulême 2020) et de Mathieu Sapin aux éditions Dargaud. La série traite du libre arbitre de l’enfant. Coproduite avec Red Frog, Caribara Prod, Scope Pictures, il s’agit de l’une des premières séries d’animation françaises en UHD qui a bénéficié d’un budget de 6,4 M€. «Sardine de l’espace» est distribuée par Mediatoon Distribution. Les ventes à l’international sont en cours. Entre l’achat de droits et la mise à l’antenne de la série, il s’est écoulé 4 ans. 

media+

Y’a-t-il des moyens pour accélérer les processus de production des séries d’animation ?

Thierry BERTHIER

Tout dépend des chaînes, du financement et de la notoriété du programme. Mais il faut généralement, au minimum, 18 mois de production pour une série d’animation.

media+

Vos futures séries sont-elles développées sur la base d’adaptation de livres ?

Thierry BERTHIER

La prochaine série, en convention de développement avec Canal+ Family, va s’appeler «Comment ratatiner les monstres» (78X7’). Elle est adaptée des albums de Catherine Leblanc et Roland Garrigue édités chez Glénat. Publiés dans une dizaine de pays, les 15 albums de cette collection à succès ont déjà été vendus à 165.000 exemplaires en France. Cette série destinée aux 5-7 ans a pour but aussi de démystifier les peurs des enfants.

media+

Avez-vous initié de la pure création ?

Thierry BERTHIER

Oui, avec «Moods», un concept original développé par Séverine Vuillaume et Nathalie Reznikoff. Pour la première fois, nous allons traiter de façon très humoristique de l’émotion des enfants. Cette série de 78X7’ a une vocation internationale. Elle repose sur un concept d’émoticônes avec 12 personnages représentant 12 émotions. Avec cette série, nous ciblons les 3-5 ans. Ces derniers pourront ensuite utiliser ces émoticônes à la maison avec des figurines que nous pourrons vendre en droits dérivés.