T. SÉNÉCAL (Groupe CANAL+) : «L’expérience C+ s’étend bien au-delà de la simple diffusion des compétitions en direct»

239

En 2024-2025, la nouvelle formule de l’UEFA Champions League, avec encore plus de matchs, sera diffusée en intégralité sur les chaînes CANAL+. Dans cette perspective, pour renforcer son équipe de commentateurs, CANAL+ s’est lancé à la recherche d’une nouvelle voix pour commenter le football sur ses antennes à travers «Au Micro», une compétition en 9X35’ diffusée dès le 10 avril. L’occasion de nous entretenir avec Thomas SÉNÉCAL, Directeur des Sports du Groupe CANAL+, qui nous décrit également les chantiers de la saison à venir.

MEDIA +

«Au Micro» est votre nouveau format de flux. Qu’est-ce qui a motivé ce choix/projet ?

THOMAS SÉNÉCAL

La décision a été motivée par l’arrivée d’un nouveau droit monumental, couvrant toutes les compétitions européennes de football de 2024 à 2027. Signée en juin 2022 par Maxime Saada, notre président, cette acquisition concerne la diffusion de 564 matchs. Face à cette opportunité, nous avons décidé de rechercher un nouveau type de commentateur sportif. Pour ce faire, nous avons monté «Au Micro», un concours structuré en plusieurs étapes. L’objectif est de tester les compétences d’une trentaine de candidats (sur 10.000 candidatures) et leur capacité à commenter un match. Co-produite par CANAL+ et Mediawan, la compétition vise à démontrer la complexité et les exigences du métier de journaliste sportif qui requiert une vaste culture générale, des compétences en improvisation, ainsi qu’une capacité à mettre en valeur les événements sportifs. Ce concept peut être adapté à d’autres disciplines sportives.

MEDIA +

Quelle est votre logique autour de l’écosystème qui entoure vos droits sportifs ?

THOMAS SÉNÉCAL

L’expérience CANAL+ s’étend bien au-delà de la simple diffusion des compétitions en direct. Elle englobe les moments précédant et suivant les matchs, ainsi que les contenus digitaux disponibles dès trois jours avant l’événement, à travers des émissions spéciales ou des flashes d’informations sur Infosport+. Nos programmes quotidiens, tels que «Jour de Foot» et «Late Sport 360» font partie intégrante de cet écosystème qui enrichit les droits sportifs que nous possédons. En plus des préparatifs d’avant-match, nous offrons un débriefing et des analyses approfondies après les compétitions avec des programmes dédiés comme «Formula One», «Golf+ le mag» ou «Canal Rugby Club», illustrant l’étendue et la diversité de notre couverture.

MEDIA +

Quelles sont les initiatives récentes liées à vos émissions ?

THOMAS SÉNÉCAL

Nos initiatives récentes se sont concentrées sur le numérique, en intégrant davantage de créativité. J’encourage cette poussée vers le digital dans le but d’attirer une audience plus jeune et plus féminine, inspiré par le succès qu’a connu la Formule 1, qui a vu son public se rajeunir et se féminiser. Nous souhaitons appliquer cette stratégie à d’autres sports, en ciblant un nouveau public là où l’activité sur les réseaux sociaux est intense. Nous avons renforcé notre présence sur Twitch et réussi à dépasser le million d’abonnés sur TikTok. De plus, notre chaîne YouTube est en plein essor, connaissant une croissance rapide et significative. En interne, nous avons monté une équipe dédiée aux contenus digitaux. Elle est à l’origine de nombreux projets tels que «24H de Boulleau», «Team Zarco». Plus récemment, nous avons lancé «Détective Mathoux avec Samir Nasri», une format où l’invité passe au détecteur de mensonges. Ces concepts émergent de notre start-up interne dédiée au digital qui trouvent de plus en plus leur place à l’antenne. La frontière s’amenuise entre les programmes que l’on met en ligne et les contenus que l’on diffuse en linéaire.

MEDIA +

Objectif : transformer les consommateurs digitaux en potentiel abonné ?

THOMAS SÉNÉCAL

Absolument, c’est l’idée !  CANAL+ se porte bien. Le taux d’abonnés est en hausse. On s’abonne pour plein de raisons, et pas uniquement pour le sport. Plus on est puissant sur les réseaux, plus on touche un public affinitaire et plus on encourage de nouvelles audiences à s’intéresser aux matchs, aux grands prix, aux courses, et à l’ensemble de notre offre.

MEDIA +

Outre le football, sur quelles disciplines misez-vous ?

THOMAS SÉNÉCAL

La stratégie de notre direction, sous l’impulsion de Maxime Saada et Gérald-Brice Viret, vise à diversifier notre offre afin de ne pas dépendre exclusivement d’un seul sport ou d’une seule compétition. Notre offre repose sur cinq piliers principaux. Elle commence avec le football, suivie par le rugby, couvrant notamment les championnats du Top 14 et de la Pro D2. Le golf arrive ensuite avec nos abonnés qui lui consacrent en moyenne 17 heures par mois. Les sports mécaniques, comme la Formule 1 et le MotoGP, forment le quatrième axe. Enfin, le cinquième est dédié à un éventail varié d’autres sports incluant le PADEL, le MMA, la boxe et la voile.

MEDIA +

Qu’est-ce qui relie tous ces sports ?

THOMAS SÉNÉCAL

Notre capacité narrative ! Et notre engagement à créer des documentaires autour d’eux. Nous proposons dorénavant des films très thématiques et sociétaux comme «Baby foot, neuf mois dans la vie d’Amel Majri». Nous allons couvrir prochainement la vie d’Alain Prost, le quadruple champion du monde de Formule 1 dans une série-doc. Pour info, le documentaire le plus consommé en 2023 a été «Bleu, blanc, vite» qui plonge les spectateurs au cœur de l’équipe Alpine en Formule 1.

MEDIA +

Quel est votre chantier majeur ?

THOMAS SÉNÉCAL

Celui de la Ligue des Champions, de la Ligue Europa et de la Conference League. La formule de ces compétitions sera entièrement modifiée à partir d’août 2024, nécessitant une approche pédagogique innovante et une gestion efficace. Il y aura des journées avec 18 matchs simultanés à 18h45, suivis par 18 autres à 21 heures. Cette programmation représente un défi considérable en termes logistiques, organisationnels, ainsi que de production et de diffusion. Pour relever ce défi, tous les services – incluant distribution, marketing, programmation, diffusion, juridique et acquisition – collaborent étroitement sur ce vaste projet lié aux coupes européennes. Bien que le service des sports soit le plus visible, ce projet implique de nombreuses équipes au sein de CANAL+ et constitue une initiative majeure pour la rentrée, ainsi qu’un projet important pour le groupe dans son ensemble.