TikTok : l’application de partage de vidéos alerte les parents à propos d’une vidéo de suicide

40

L’application de partage de vidéos TikTok, très populaire auprès des adolescents, alerte les parents et ses utilisateurs à propos d’images d’un suicide qui ont été incrustées dans des vidéos. La vidéo montrant un Américain qui met fin à ses jours provient d’un livestream Facebook et a été téléchargée sur diverses plateformes internet, parfois ajoutée à l’intérieur de vidéos traitant d’autres sujets. «Nous sommes conscients que des clips d’un suicide qui a été diffusé en direct sur Facebook ont circulé récemment sur d’autres plateformes, dont TikTok», a tweeté lundi TikTok. La plateforme de vidéos en format court a indiqué que ses sytèmes détectaient et signalaient automatiquement les clips concernés. «Nous supprimons les contenus et excluons les comptes qui essayent de façon répétée de télécharger les clips, et nous sommes reconnaissants aux membres de notre communauté qui ont signalé ces contenus et avons déconseillé aux autres de visionner, s’intéresser ou partager ces vidéos sur quelque plateforme que ce soit, par respect pour l’intéressé et ses proches», a déclaré TikTok. TikTok, très populaire auprès des enfants et des adolescents, propose notamment à ses utilisateurs des vidéos provenant de sources auxquelles ils ne sont pas abonnés. Kirra Pendergast, PDG de la société de conseil en cybersécurité Safe on Social, conseille aux parents d’empêcher les jeunes enfants d’accéder au site dans les prochains jours, jusqu’à ce que tous les clips concernés aient été repérés et supprimés. «Ce contenu est assez largement partagé, donc nous voulons minimiser les dégâts au maximum», a-t-elle écrit sur Facebook. Elle a indiqué que la vidéo avait notamment été téléchargée sur TikTok en étant présentée comme des images de chatons. «Ça a fait prendre conscience à beaucoup de parents de ce à quoi leurs enfants peuvent être exposés, lorsque des enfants parfois âgés de huit ans et utilisant TikTok ont pu voir ça en pensant qu’ils allaient voir une vidéo de chatons. C’est terrifiant pour les parents», a-t-elle déclaré au journal australien «Sydney Morning Herald».