Un vaste réseau de téléchargement illégal de films démantelé en Europe

    174

    Une vaste opération policière contre un réseau de téléchargement de films a eu lieu mardi dans 13 pays d’Europe, débouchant sur 10 interpellations et la fermeture de 49 serveurs à l’origine de pertes abyssales pour l’industrie, a indiqué mercredi la justice belge. Les pays concernés sont la Belgique, les Pays-Bas, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, la Norvège, la Pologne, la Suède, la Croatie, la République tchèque, l’Allemagne, l’Autriche et la Hongrie, a précisé un porte-parole du parquet de Bruxelles, Jean-Marc Meilleur. Le but de l’opération, coordonnée par la police belge et menée en collaboration avec Eurojust et Europol, était de «mettre un terme à des groupes actifs dans le piratage de films et de séries télévisées en néerlandais ou de productions internationales sous-titrées dans cette langue», a expliqué M. Meilleur. Les perquisitions visaient une cinquantaine de serveurs informatiques de très grande capacité gérés par «les quatre plus importants «release groups» (groupes de distribution illégaux), responsables de 80% de tous les nouveaux films en néerlandais mis illégalement en ligne», a ajouté le porte-parole. Il s’agit de films récents, qui ne sont généralement pas encore sortis en Europe, a expliqué Jean-Marc Meilleur. Les pirates étaient actifs depuis deux ans au moins, selon l’enquête. Selon le parquet suédois, elle visait notamment un réseau connu sous le nom de «La Scène». «Les pertes pour l’industrie de ces activités sont évaluées à environ 30 millions d’euros par an en Belgique et à 6 milliards d’euros sur base annuelle au niveau mondial», a précisé M. Meilleur. Lors des perquisitions, 10 personnes ont été interpellées en Belgique, en Norvège, en Suède et en Pologne.