V. NATAF (LCI) : « La constance est la meilleure des stratégies »

204

LCI est sur les rangs. Accompagnée par une actualité particulièrement chargée, la chaîne d’information en continu du Groupe TF1 continue d’assoir sa différenciation en misant notamment sur le décryptage et le débat d’idées. Une stratégie volontariste qui porte ses fruits si l’on en croit les derniers sondages d’audiences fournis par Médiamétrie. Tour d’horizon avec Valérie NATAF, Directrice de la rédaction de LCI.

MEDIA +

Depuis le reformatage de LCI il y a deux ans, «la différenciation» demeure le maître mot de la chaîne. En dépit d’une actualité chargée, vous y tenez-vous ?

VALÉRIE NATAF

Plus que jamais ! Ce n’est pas un hasard si LCI demeure la chaîne des débats. C’est vraiment notre raison d’être. Tout au long de la journée, les opinions se répondent et les points de vue s’échangent dans le pluralisme le plus total. Cet aspect éditorial nous différencie véritablement de toutes les autres chaînes d’information en France. Même si nous avons diffusé récemment les grands débats avec le Président de la République, tout comme nos confrères, nous investissons en priorité le décryptage et l’analyse avec des signatures, des éditorialistes et des incarnants légitimes.

MEDIA +

Est-ce une valeur ajoutée évidente ?

VALÉRIE NATAF

Bien entendu ! A ce titre, nous recevons des spécialistes issus de la presse quotidienne régionale comme Pascal Jalabert et Françoise Vernet, mais aussi d’autres univers comme Maurice Szafran, Guillaume Roquette, Judith Waintraub, Françoise Degois et Marie-Eve Malouine. En matière d’éditorialistes, LCI propose aux téléspectateurs la plus grande diversité de points de vue. Quant aux incarnants de la chaîne (Pascale de La Tour du Pin, David Pujadas, Arlette Chabot, Pascal Perri, Audrey Crespo-Mara, Roselyne Bachelot, Julien Arnaud), ce sont des spécialistes qui savent porter les débats et les animer.

MEDIA +

Quelles sont les qualités requises pour être intervenant sur LCI ?

VALÉRIE NATAF

Nous privilégions des signatures qui, à la fois, partagent une perspective historique, disposent d’une profondeur d’analyse et possèdent une richesse d’expériences. 

MEDIA +

A travers les différents mouvements sociaux qui ont impacté la France, des journalistes de LCI ont été intimidés sur le terrain. Qu’avez-vous mis en place ?

VALÉRIE NATAF

Comme tous nos confrères, nous avons recours à des agents de protection pour assurer la sécurité de nos équipes sur le terrain. Il faut reconnaître que le 12 janvier 2019 a été un jour noir pour la rédaction. Deux de nos équipes ont été agressées ainsi que leurs agents de protection. La violence des images filmées à cette occasion a servi d’électrochoc. Depuis, nous avons mis en place un débriefing rituel tous les mardis à 10h30. Tous les intervenants de l’antenne (reporters, JRI, rédacteurs en chef, chefs de production, …) se réunissent pour débriefer la journée de mobilisation. Sur une idée de Thierry Thuillier et Fabien Namias, nous mélangeons sur le terrain les journalistes expérimentés avec les plus novices. Cette association d’expériences permet à chacun de se sentir à sa place.

MEDIA +

La direction de LCI souhaitait proposer dès janvier, davantage de documentaires de 52’, notamment le week-end. Cette politique se met-elle en place ?

VALÉRIE NATAF

Il s’agit d’une politique élaborée avant le mouvement des gilets jaunes. Cette crise a modifié le rapport de chaque Français à la chose publique et sociale. Nous restons donc fidèles à notre grand documentaire du vendredi, même s’il prend des formes un peu différentes. En revanche, nous avons mis en suspens notre volonté de mettre plus de documentaires à l’antenne. Il y a une telle soif de prises de parole, de confrontation des idées et de recherche de solutions, qu’il serait dommage d’aller sur d’autres chemins pour le moment.

MEDIA +

Animée et produite par David Pujadas, «La Grande Explication» est l’un des succès de LCI…

VALÉRIE NATAF

Cette émission réalise en effet des audiences très importantes. En moyenne, la dernière soirée avec le Premier ministre Edouard Philippe, a été suivie par 848.000 téléspectateurs, selon Médiamétrie, soit 4,2% du public de quatre ans et plus (soit près de six fois l’audience habituelle de la case, ndlr). 

MEDIA +

Quelle régularité prévoyez-vous pour «La Grande Explication» ?

VALÉRIE NATAF

A chaque fois que nous sentirons un besoin d’explication, de pédagogie, de confrontation, nous referons «La Grande Explication». En l’état actuel des choses, ce programme doit rester un format événementiel. Il n’y a pas de volonté d’instaurer un rendez-vous régulier.

MEDIA +

Quels sont les nouveaux chantiers mis en place sur LCI ?

VALÉRIE NATAF

Nous sommes conscients de nos points d’amélioration, de 6h à minuit. Notre structure d’audience progresse et LCI enregistre la plus forte progression de toutes les chaînes de télévision en 1 an avec +121%. Nous voulons faire mieux et plus. Nous travaillons sur notre offre éditoriale pour la rendre plus lisible et attrayante pour nos téléspectateurs. De plus, nous souhaitons élargir notre bassin d’audience. Nous touchons beaucoup de CSP+ et nous cherchons à conquérir de nouveaux téléspectateurs. Une de nos forces est de ne pas tout bouleverser. La constance est la meilleure des stratégies.