Y. LABASQUE (TFOU) : «En linéaire, nous maintenons notre part d’audience à 24,2% sur les 4-10 ans»

81

Mardi matin, TF1 présentait à la presse ses programmes jeunesse pour la saison prochaine, à travers sa marque TFOU. Une rentrée composée de 11 nouveautés ou de nouvelles saisons. Tour d’horizon avec Yann LABASQUE, Directeur des Programmes Jeunesse de TF1.

media+

Leader sur l’offre jeunesse du matin, comment la marque TFOU maintient-elle le cap ?

Yann LABASQUE

Grâce à un renouvellement des contenus ! Notre conviction est de proposer une offre variée. Nous avons une palette de genres assez large et inédite. Nous allons jusqu’au cartoon dialogué, ce qui est un pari. C’est le cas de «Kikoumba» (78X7’), une série destinée aux 6-10 ans, produite par TF1 Production. On investit aussi la saga un peu feuilletonnante comme dans la saison 2 de «Heidi» (26X26’ – Studio 100 Animation) . Nous avons des ingrédients fédérateurs qui rassemblent durablement filles et garçons. Lorsque nous proposons une série pour les plus grands, nous essayons d’avoir des points d’entrée afin qu’elle soit accessible à tous. C’est une vigilance que l’on a sur chacun des scénarios. En linéaire, nous avons maintenu notre part d’audience à 24,2% (4-10 ans) avec un écart qui se creuse par rapport à nos deux principaux concurrents (Gulli et France 5, ndlr). L’offre jeunesse de MYTF1 connaît une progression sur 1 an de +75% ainsi qu’une dynamique qui se poursuit sur le 1er quadrimestre 2019 à +54%. Nous restons la chaîne de compromis avec un contenu qui peut plaire au grand frère, à la petite sœur et vice-versa. C’est l’un des facteurs clés du succès.

media+

L’offre payante TFOU MAX atteint 770.000 abonnés….

Yann LABASQUE

TFOU se positionne comme la 1ère offre de SVOD jeunesse en France avec une moyenne de 4 millions de vues par mois. Notre promesse est d’être assez exhaustif sur les contenus. Nous avons d’ailleurs une cible plus large (3-12 ans) et des promesses de films et de programmes éducatifs, en plus de notre catalogue de séries.

media+

Les audiences consolidées à J+7 de TFOU sont-elles significatives ?

Yann LABASQUE

C’est très variable en fonction de l’horaire de la diffusion d’une série en linéaire. Plus elle est diffusée tôt, plus le rattrapage sera important. A cet égard, les séries à destination des plus petits sont généralement boostées en digital.

media+

Quelles franchises touchent le haut de votre cible ?

Yann LABASQUE

«Miraculous, les aventures de Lady Bug et Chat Noir» (Zag/ON Kids & Family) dépasse très largement le public des 4-10 ans. C’est une série qui plaît à la tranche haute de TFOU mais qui peut enregistrer des scores extraordinaires sur les femmes 15-24 ans. Avec le replay, la série atteint des niveaux proches de 50% de part d’audience sur les 4-10 ans. Il y a une communauté de fans qui est très forte.

media+

Quelles seront les séries les plus mises en avant à la rentrée ?

Yann LABASQUE

Cette année, nous prévoyons 11 nouveautés ou nouvelles saisons.  Nous allons retrouver en septembre  «Pat’ Patrouille» et «Miraculous», sans oublier «Loup», «Ernest & Rebecca», «Robin des Bois» mais aussi «Oum, le dauphin», une valeur sûre pour nous. Un peu plus tard, il y aura des nouveautés comme «Alice & Lewis» (52X11’ – Blue Spirit Productions) à destination des 4 -7 ans, ou encore «Abby Hatcher» (52X13’), produite par Nickelodeon. Normaal Animation quant à elle a produit la nouvelle version de «Barbapapa en famille» (52X13’).

media+

En quoi les épisodes spéciaux de vos séries ont-ils une place à part ?

Yann LABASQUE

C’est un moyen d’événementialiser l’offre tout en étant puissant sur la fin d’année qui est un temps fort publicitaire. A venir, «Lucky» (44’ – Nickelodeon), l’histoire d’un jeune lutin malchanceux, mais aussi des spéciaux de «La Tribu Monchhichi» (Technicolor Animation Productions), «Ernest & Rebecca» (MediaValley), «Robin des Bois» (ON Kids & Family), «La Pat’ Patrouille» (Spin Master/Nickelodeon), «Les Minijusticiers» (Futurikon) ou encore «Miraculous».