Yémen: les rebelles Houthis ferment six stations de radio dans la capitale Sanaa

353

Les rebelles Houthis au Yémen ont fermé six stations de radio dans la capitale Sanaa, sous prétexte qu’elles ne disposaient pas de certaines autorisations nécessaires, a indiqué le syndicat national des journalistes. 

Des membres de la presse yéménite ont affirmé, sous couvert d’anonymat, qu’il était probable que les radios aient été fermées après avoir refusé de retransmettre de la propagande des insurgés, dont des chants guerriers, ou pour avoir diffusé de la musique, interdite selon l’interprétation rigoriste de l’islam des Houthis. 

Les Houthis se sont emparés de la capitale Sanaa en 2014 et de la majorité du nord du pays, déclenchant une guerre civile qui a dévasté le Yémen, plongé dans l’une des pires crises humanitaires au monde. Ils imposent des règles strictes en matière d’habillement, de ségrégation sexuelle et de loisirs dans les territoires conquis. 

Les forces de sécurité des rebelles «ont fait une descente mardi dans les locaux de la radio «La voix du Yémen» et arrêté sa diffusion», a rapporté samedi le syndicat des journalistes, citant un communiqué de la radio, en raison de l’absence des documents de travail nécessaires. 

Le syndicat, qui précise sans donner de date que cinq autres radios avaient été fermées, a condamné des «mesures arbitraires qui restreignent la liberté d’expression», appelant à la reprise des diffusions. Les Houthis ont eux indiqué que les radios avaient été fermées car elles ne respectaient pas les règlements de leur ministère de l’Information. 

«Les fermetures n’ont rien à voir avec les règlements du ministère de l’Information. Les Houthis ont fermé les radios car elles diffusaient des émissions jugées hostiles au Yémen», a dénoncé le propriétaire d’une radio sous couvert d’anonymat. 

Selon lui, les insurgés pensent que «les programmes radio doivent mobiliser du soutien en leur faveur». 

Les rebelles yéménites ont recours aux «Zawamil», forme de poème court hérité d’un vieille tradition tribale et transformé en hymne guerrier. 

Une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite et à laquelle participent les Emirats arabes unis intervient depuis 2015 au Yémen, en soutien au gouvernement contre les Houthis, proches de l’Iran. 

Selon l’ONU, ce conflit a déjà fait 377.000 morts à la fin 2021 et poussé une population de 30 millions d’habitants au bord d’une famine à grande échelle.