5G: à Barcelone, les groupes chinois affichent leurs ambitions malgré l’interdiction américaine

284

Des investissements massifs et de fortes perspectives de croissance: au salon mondial du mobile (MWC) de Barcelone, les géants chinois des télécoms affichent leurs ambitions dans le secteur de la 5G, malgré leur interdiction sur le territoire américain.Sur la scène réservée aux plus grands acteurs de l’industrie mondiale des télécoms, 3 groupes chinois ont pris place cette semaine aux côtés de 3 entreprises occidentales, face à une salle remplie d’acteurs de la «tech», avec un message, portant sur la nécessité de «travailler ensemble». Ces entreprises publiques – China Mobile, China Telecom et China Unicom – se sont vu interdire l’an dernier de faire des affaires aux États-Unis par l’administration américaine, ce qui entrave gravement leurs ambitions mondiales. En cause, selon les autorités américaines: des risques «significatifs» pour la sécurité nationale des États-Unis, avec une possible ingérence de la part de l’État chinois – un motif similaire à celui invoqué pour exclure le groupe Huawei du marché américain en 2020.Une situation qui n’a pas empêché les 3 groupes, relativement peu présents à l’international, de vanter leurs réalisations et leurs atouts sur le marché très prometteur de la 5G. «D’ici la fin 2022, nous devrions déployer plus d’un million de stations de base 5G et disposer de plus de 330 millions d’abonnés utilisant les réseaux 5G», a déclaré Yang Jie, patron de China Mobile. Le déploiement de la 5G – une technologie mobile permettant de transmettre en un temps très court de grandes quantités de données – est jugé vital pour de nombreux secteurs technologiques, comme les véhicules autonomes et l’équipement industriel de pointe. Il donne lieu à une course entre géants du secteur, dans laquelle la Chine a pris une sérieuse avance – ce qui fait craindre aux analystes que l’exclusion des entreprises chinoises du marché mondial ne fasse plus de mal que de bien. A Barcelone, le patron du groupe britannique Vodafone Nick Read a été explicite sur le défi auquel l’Europe est confrontée. «Au rythme actuel, il faudra au moins jusqu’à la fin de la décennie pour que l’Europe» atteigne le niveau de déploiement de la 5G «atteint par le Chine cette année», a-t-il déclaré. China Mobile compte près d’un milliard d’abonnés, ce qui en fait de loin le plus grand opérateur au monde. China Telecom et China Unicom comptent chacune plus de 300 millions d’abonnés. Les 3 entreprises publiques sont partie intégrante de l’effort réalisé pour développer en Chine la 5G. «Si nous regardons le monde actuellement, du moins du côté des consommateurs, 65% de la 5G se trouvent en Chine continentale», souligne Dario Talmesio, analyste pour Omdia, pour qui ce pays dispose d’«un corps d’expertise» et d’une solide «expérience» dans ce domaine. «Le reste du monde peut-il dire en toute confiance: «nous n’avons pas besoin de ça?»», ajoute-t-il. Sur la scène de Barcelone, les 3 groupes chinois se sont gardés de s’attaquer directement à l’interdiction américaine. China Mobile s’est dit «prêt à travailler avec tous les secteurs de la société» pour «libérer le potentiel infini» de la 5G, a assuré son PDG. Le patron de China Telecom Ruiwen Ke a déclaré qu’il souhaitait «travailler ensemble» pour «créer un avenir meilleur». Selon Ben Wood de la société de recherche CCS Insight, les entreprises chinoises sont venues à Barcelone en «mission» de séduction «des coeurs et des esprits». Ben Wood et Dario Talmesio soulignent tous deux l’énorme avantage dont bénéficient les entreprises chinoises en raison de la taille de leur marché intérieur. Les groupes présents à Barcelone envoient un «message clair», estime M. Talmesio: «nous sommes ici, nous sommes toujours internationaux, nous sommes heureux de faire affaire avec n’importe qui nous le permettra».