A. DESANGE (Benshi) : « Notre plateforme SVOD ne cesse d’appeler les gens à aller voir les films en salles »

556

Première plateforme de vidéo à la demande par abonnement dédiée au cinéma pour le jeune public, Benshi – qui tient son nom des traditionnels commentateurs japonais de films muets – a été lancée en 2017. Créée à l’initiative du Studio des Ursulines et des frères Desanges, tous deux passionnés par le 7ème art, Benshi propose à sa création un guide en ligne du cinéma pour enfants. Grâce à ce succès, tous les utilisateurs se posaient la même question : “comment visionner chez nous les films que vous recommandez ?“, certaines œuvres étant impossibles à trouver. Benshi lance alors Benshi Studio, la plateforme de SVOD. Tour d’horizon avec Adrien DESANGE, Co-fondateur de Benshi.

Benshi Studio, votre plateforme de SVOD propose du cinéma pour enfants grâce à une sélection pointue de films. Comment vous êtes-vous imposé à votre arrivée en 2017 ?

A l’époque, je connaissais à titre personnel Julien Vin-Ramarony, le co-fondateur de VOD Factory, société de création et de gestion de services SVOD. Il réfléchissait à ce que sa technologie puisse être utilisée en marque blanche. En parallèle, aidé par mon parcours dans le cinéma depuis 2002, l’achat de films ne m’est pas apparu comme une montagne infranchissable. Il a fallu ensuite découvrir le monde de la distribution et du marketing digital. A ce jour, la plateforme Benshi a été pensée pour une expérience facile et ludique pour toute la famille (à 4,99 € par mois sans engagement, ndlr).

Benshi a un positionnement de niche : «le plus grand du cinéma pour les petit» ?

Complètement de niche, le terme n’est pas galvaudé ! Dans notre histoire, il y a eu forcément un avant et un après confinement. Les parents se trouvant un peu dans l’obligation de devoir aménager des plages de temps libre pour occuper leurs enfants, ils sont arrivés à la conclusion qu’il était intéressant de leur montrer des films qui marquent l’enfance. Des œuvres grâce auxquelles vous sortez un peu différent après les avoir vu. Benshi a pour vocation de cultiver l’esprit de ses jeunes abonnés (2-11 ans) et de développer leur goût pour le cinéma.

Quel volume de films disposez-vous ?

250 films ! Benshi garantit des œuvres de qualité. Nous accompagnons les parents dans le choix des films à proposer à leurs enfants via des sélections thématiques et un classement par âge. On ouvre les regards des enfants sur le monde, venant leur procurer découvertes et émotions.

Avec un taux de rafraîchissement régulier du catalogue ?

Nous avons 8 à 9 nouveautés par mois sur la plateforme. L’enjeu à présent est de faire entrer de nouveaux films et d’en faire ressortir le moins possible. Les enfants ont très vite des programmes «chouchou». Il est donc important de les maintenir sur la plateforme quand on peut le faire. A l’inverse, pour une consommation adulte, si vous apprenez qu’une œuvre sort du catalogue, ce n’est pas si grave

Combien de temps disposez-vous des films ?

On les négocie sur 6 mois ou 12. Peut-être bientôt 24. A travers notre programmation, Benshi assure aux familles des moments privilégiés de partage où ils peuvent découvrir des merveilles cinématographiques, qu’elles soient iconiques ou plus confidentielles. Ayant pour vocation la pédagogie et la transmission, une séance Benshi peut aussi devenir une madeleine de Proust pour les parents, grâce à un film qui a marqué leur jeunesse.

Comment se différencier des mastodontes du streaming ?

On se complétant ! Le premier combat n’est pas d’aller combattre les géants de la SVOD, mais de faire savoir que l’on existe. L’enjeu n°1 est d’être connu de nos potentiels clients. A ce jour, nous avons entre 10.000 et 20.000 abonnés. Il y a un début de bouche-à-oreille. On commence à acquérir des abonnés parce que des parents qui essayent Benshi, le conseillent à leurs amis.  Avec un film Benshi, vous rencontrez un artiste, un talent et vous vous forgez un goût. On a aussi de très bonnes relations avec Amazon qui nous distribue dans ses Amazon Channels.

Quelle relation avez-vous créé avec les exploitants de salles ?

A l’origine, si nous avons créé un guide cinéma en ligne avec mon frère Louis-Paul, c’est parce que nous étions exploitants au Studio des Ursulines à Paris, un cinéma jeune public. L’une des particularités de Benshi est d’être une plateforme SVOD qui ne cesse d’appeler les gens à aller voir les films en salles. Nous avons un vrai rôle à jouer pour le cinéma jeune public. A l’évidence, nous sommes partenaires de salles de cinéma.

Quelle est la prochaine étape pour Benshi ?

Déployer sa distribution. Aujourd’hui, nous sommes sur Free, Orange, les télévisions Samsung, Android, Apple… Il reste encore beaucoup de zones à conquérir. La prochaine étape consiste aussi à accroître notre notoriété.