Canal+ revient à la charge pour acquérir l’opérateur télé sud-africain MultiChoice

128

Canal+, premier actionnaire du mastodonte sud-africain de la télévision MultiChoice avec plus de 30% des parts, est revenu à la charge pour acquérir l’ensemble de son capital en relevant son offre de près de 20%, un mois après le rejet de sa première proposition.

Le groupe français propose désormais 125 rands (6,04 euros) par action, payés en numéraire, contre 105 rands (5,07 euros) précédemment, ont fait savoir les deux entreprises dans un communiqué commun publié mardi. Cette nouvelle proposition valorise MultiChoice à près de 2,7 milliards d’euros. «MultiChoice accordera les engagements d’exclusivité habituels à Canal+», précise le communiqué.

«Une fois l’offre obligatoire faite, le conseil indépendant de MultiChoice sera constitué et, après réception de l’avis de l’expert indépendant, fournira son avis et sa recommandation» sur cette transaction. En février, MultiChoice, coté à la Bourse de Johannesbourg, avait rejeté l’offre initiale de Canal+, jugeant qu’elle sous-évaluait «considérablement le groupe et ses perspectives d’avenir», sans fermer complètement la porte à la filiale du groupe Vivendi, piloté par le milliardaire Vincent Bolloré.

Canal+ est présent en Afrique dans 25 pays au travers de 16 filiales et y compte 8 millions d’abonnés, selon les données du groupe français. Sa position de premier actionnaire du géant sud-africain lui a permis de prendre pied en Afrique anglophone et lusophone, où MultiChoice compte 23,5 millions d’abonnés dans plus de 50 pays. L’intégration de MultiChoice, si elle aboutit, pourrait représenter la troisième opération d’envergure de Canal+ en termes de développement international en moins de dix mois, souligne Philippe Bailly, président-cofondateur de NPA Conseil, spécialiste des médias.

Le groupe a notamment porté récemment à 30% sa participation dans le capital de Viu, opérateur hongkongais de streaming, après en avoir déjà acquis 26,1% en juin, et pris une participation stratégique dans Viaplay, le Netflix scandinave.

«Canal+ prépare activement sa cotation en Bourse suite à l’annonce du projet de scission de sa société mère Vivendi» en quatre entités cotées, structurées autour de Canal+, Havas, une société incluant sa participation majoritaire dans Lagardère et une société d’investissement, avait rappelé l’entreprise en février.

«Ce projet permettrait aux investisseurs de bénéficier du rapprochement de Canal+ et de MultiChoice, l’objectif ultime du groupe Canal+ étant d’obtenir également une cotation en Afrique du Sud», avait-il ajouté. Vivendi, qui doit publier jeudi ses résultats annuels pour 2023, voyait son action légèrement reculer, de 0,19% à 10,35 euros vers 16h00 à la Bourse de Paris, dans un marché en léger repli de 0,20%.