Catherine BERNARD (France tv distribution) : «FTD est devenu le fer de lance de la vente des formats à l’international»

761

Filiale du groupe France Télévisions, France tv distribution est le partenaire des producteurs et des ayants droit dans la recherche de financements et de préventes de leurs programmes sur tous supports médias (édition et distribution vidéo et VOD, édition musicale, de magazines et livres, droits dérivés et financement de programmes audiovisuels). Depuis cinq ans, France tv distribution accompagne également le cinéma à l’international, tous territoires et tous droits. Rencontre avec Catherine BERNARD, Directrice Générale Adjointe de France tv distribution.

MEDIA +

Partenaire des producteurs et des ayants droit, France tv distribution a pour mission de maximiser les revenus des programmes sur tous les supports. Les enjeux ont-ils évolué ?

CATHERINE BERNARD

Les enjeux évoluent mais la mission reste la même. France tv distribution demeure le partenaire des producteurs pour faire fructifier leurs programmes sur  tous supports. Nous avons 5 activités: la vente (France et internationale) de programmes audiovisuels et de cinéma ; les divertissements où nous scellons des partenariats culturels (spectacles, albums de musique, expositions…) ; les jeux d’antenne en collaboration avec les producteurs. A cela, s’ajoute une activité d’édition musicale (pour tous les programmes d’antennes) et de licences de marques autour de programmes pour enfants («Peppag Pig», «Petit Ours Brun», «T’choupi»…) et pour adultes («Secrets d’histoire», «Thalassa», «Silence ça pousse»…).

MEDIA +

En quoi le déploiement des plateformes de SVOD change-t-il la donne ?

CATHERINE BERNARD

D’abord parce que les plateformes sont devenues nos partenaires alors qu’elles étaient plus concurrentes autrefois. Elles ont des obligations d’investissement qui nous aident financièrement à co-produire un certain nombre de programmes. France tv distribution va donc rechercher des financements internationaux auprès des plateformes. Chacun y trouve son compte avec une orchestration de fenêtrages nécessaire.

MEDIA +

Comment votre métier de distributeur évolue-t-il ?

CATHERINE BERNARD

Le métier de distributeur s’est drastiquement transformé ces dernières années. Il est devenu la boussole du producteur afin de l’aider à s’y retrouver et d’optimiser ses droits dans un monde d’éditeurs, de plateformes et de diffuseurs compliqué à orchestrer. Il y a 4 ans, lorsque je suis arrivée, la règle était encore systématiquement de demander aux distributeurs de proposer un minimum garanti lorsque le programme avait été produit, pour ensuite le vendre à l’international. A ce jour, on demande au distributeur de remonter dans la chaîne de valeur et d’aider le producteur à aller rechercher des financements (français et internationaux) pour financer son programme. Il est d’ailleurs très souvent désormais coproducteur. Les marchés se sont également transformés, et l’environnement réglementaire s’est adapté. Les éditeurs ont un peu plus de droits qu’ils n’en avaient précédemment – et sur des temps plus longs.

MEDIA +

Quelle est votre politique de prise de mandat ?

CATHERINE BERNARD

FTD a un catalogue de droits qui est le reflet des programmes des antennes de France Télévisions : généraliste avec de la fiction, des documentaires, du cinéma et de l’animation. Nous ne prenons de mandats que lorsque nous avons vraiment très envie de représenter le programme sur les marchés. Nous avons cette passion-là. Début mars, France tv distribution a annoncé l’acquisition de «Tout pour Agnès» (titre international :  «French Roulette – A Mother’s Ordeal»). Produite par La Dame de Cœur (Effervescence Groupe) et Effervescence Fiction, la série mettra en scène Michèle Laroque, Yannick Choirat et Marie Zabukovec, pour une diffusion prévue sur France 2. Nous avons également une équipe de marketing et de communication très performante qui nous aide à exposer au mieux le programme en France comme à l’international.

MEDIA +

France tv distribution commercialise les marques en licences pour les comptes des ayants droit. Avez-vous toujours près de 80 propriétés en gestion ?

CATHERINE BERNARD

Oui, ce sont des licences de marques. En tant que partenaires des producteurs, sur l’Europe francophone, nous trouvons des industriels partenaires avec lesquels nous allons travailler les marques pour en faire des produits dérivés évidemment mais également : de l’édition de magazine papier comme avec «Silence ça pousse» N°1 du jardinage en France, des partenariats de co-branding avec d’autres marques, des podcasts,  des applis, etc. C’est un savoir-faire que nous avons depuis bientôt 20 ans.

MEDIA +

Comment évolue le business avec YouTube et les réseaux sociaux ?

CATHERINE BERNARD

En 2021, nous avons créé «Boketto», le MCN du meilleur de la télévision sur les réseaux sociaux, ce qui nous a permis de renforcer notre présence sur Facebook, YouTube et bientôt sur d’autres supports. Nous travaillons énormément les «Shorts» sur YouTube. Avec les réseaux sociaux, ce qui nous intéresse, c’est de toucher des publics différents des téléspectateurs de France Télévisions. Au-delà des compléments de recettes, on assure aussi une valorisation différente du programme. 40% de nos visionnages se font à l’international.

MEDIA +

Comment s’imbriquent les activités VOD, DVD et AVOD ?

CATHERINE BERNARD

Nous mettons en place des stratégies d’orchestration différentes d’un IP à l’autre. En fonction de la maturité du programme, de l’état de sa diffusion télévisuelle et des volontés stratégiques des producteurs, la question de sa diversification se pose chaque jour. Pour un producteur, la clé est d’avoir un partenaire – comme nous – qui peut lui proposer une présence à 360°.

MEDIA +

Quelle est votre feuille de route ?

CATHERINE BERNARD

Continuer à faire vivre la créativité française, ici comme à l’international, non seulement au travers des programmes mais aussi des formats. FTD est devenu le fer de lance de la vente des formats à l’international. FTD travaille à la vente de formats de fiction, de flux et désormais de documentaires. Mais la créativité française s’exprime également au travers de ses spectacles vivants, de sa musique pour lesquels nous montons des partenariats, de ses programmes de flux, etc.