J.M. ROUSSIER (Téléfoot) : «Il se peut que nous annoncions de nouveaux consultants très bientôt»

128

C’est «le» nouvel acteur de la saison footballistique en France. Quelques jours après son lancement, comment s’installe Téléfoot, la chaîne 100% foot créée par le groupe espagnol Mediapro ? Réponse avec Jean-Michel ROUSSIER, Directeur de l’antenne et des programmes de Téléfoot.

media+

Depuis le lancement de Téléfoot le 17 août dernier, quelle est votre état d’esprit ?

Jean-Michel ROUSSIER 

La chaîne a été lancée dans de bonnes conditions. Sur le plan éditorial, nous sommes plutôt satisfaits. La grille a été construite en très peu de temps puisque nous avons démarré dans un contexte sanitaire compliqué, à partir du mois de mars. En tant que chaîne payante, on se donne pour objectif d’atteindre 3,5 millions d’abonnés. Maintenant, il faut être suffisamment attractif et s’abstenir des bugs techniques que nous avons subi.

media+

Quel cap donnez-vous à vos programmes ? Expertise et décryptage ?

Jean-Michel ROUSSIER 

Proximité et expertise ! Cela se traduit par la nature des consultants que nous avons recrutés. Pour beaucoup d’entre eux, ils jouaient la saison passée. Ces professionnels apportent leurs très bonnes connaissances de la Ligue 1 et de la Ligue 2, nos produits-phares. Nos consultants sont capables, de par leur expérience individuelle, de faire vivre au mieux les rencontres pour les téléspectateurs. D’ailleurs, les consultants cumulent à eux seuls plus de 4.500 matchs en Ligue 1 et 1.200 matchs en Ligue 2.

media+

Sur les magazines, comment comptez-vous marquer votre différence ?

Jean-Michel ROUSSIER 

En assurant la promotion de la Ligue 1 et de la Ligue 2, sans valeur comparative, et tout en gardant une vraie liberté éditoriale et rédactionnelle. Le choix et l’identité de la trentaine de journalistes, chroniqueurs et consultants vont dans ce sens. La volonté du groupe est de constituer une rédaction peu formatée et capable d’assurer notre ligne éditoriale. Dans les prochaines semaines, il se peut que nous annoncions de nouveaux consultants. Nous avons beaucoup de direct, trois magazines quotidiens, pour une durée moyenne de 1h30 à 2h00. «Au cœur des Clubs» de 12h30 à 14h, «Culture foot» de 19h à 21h et «The Night Club» à 22h45. Ces rendez-vous ont vocation à s’installer durablement et à évoluer par la nature même des matchs que nous diffuserons. Nos week-ends seront aussi extrêmement chargés avant, pendant et après les matchs. Entre le vendredi et le dimanche soir, 16 matchs sont diffusés.

media+

Sur les programmes, où sont les carrefours d’audience ? Avant ou après-matchs ?

Jean-Michel ROUSSIER 

En l’état, beaucoup de téléspectateurs nous rejoignent avant les matchs. Mais avec l’arrivée des Coupes d’Europe (Ligue des Champions et Ligue Europa), nous aurons des carrefours d’audience à la fois avant et après les rencontres. Toute une partie débriefe portera sur les matchs les mardis, mercredis, jeudis et vendredi.

media+

Sur Téléfoot, êtes-vous libre de diversifier vos formats ?

Jean-Michel ROUSSIER 

Sur ce que l’on appelle les grands formats (documentaires) de 13, 26 ou 52’, nous nous octroyons toutes les libertés possibles. D’ailleurs, nous en avons déjà dans l’avant-match. Après cela, nous respectons les règles d’usage des images qui ont été conclues avec la Ligue. Nous ne pouvons pas bombarder toutes les images des matchs n’importe où, n’importe quand. Dans le cadre de ce respect, nous nous accordons des libertés sur des formats plus courts que l’on intègre dans nos magazines. Nous allons réinvestir aussi le 90’ de manière mensuelle.

media+

Si un match, pour cause de Covid, est suspendu, quel est votre plan B ?

Jean-Michel ROUSSIER 

Si tel était le cas, nous proposerions soit du best-of, soit un grand format de 90’.