CSA/ Émission «Soirée spéciale FN : La face cachée du Front national» (C8) : réponse aux plaignants

326
CSA

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a été saisi au sujet de l’émission Soirée spéciale FN : la face cachée du Front national diffusée le 15 mars 2017 sur C8.

Les plaignants regrettaient une émission selon eux à charge contre le Front national, quelques semaines avant le premier tour de l’élection présidentielle et contestaient l’utilisation du procédé de caméra cachée.

L’article 2-3-8 de la convention conclue entre le Conseil supérieur de l’audiovisuel et C8 prévoit que «Le recours aux procédés permettant de recueillir des images et des sons à l’insu des personnes filmées ou enregistrées doit être limité aux nécessités de l’information du public. Il doit être restreint aux cas où il permet d’obtenir des informations difficiles à recueillir autrement.

Le recours à ces procédés doit être porté à la connaissance du public. Les personnes et les lieux ne doivent pas pouvoir être identifiés, sauf exception ou si le consentement des personnes a été recueilli préalablement à la diffusion de l’émission».

Par ailleurs, l’article 1.3 5° de la recommandation du Conseil n° 2016-2 du 7 septembre 2016 en vue de l’élection du Président de la République, en vigueur à compter du 1er février 2017, dispose que «Les éditoriaux et les commentaires politiques (…) sont pris en compte dans le temps d’antenne lorsque, pour l’essentiel de leur durée, ils concernent un seul candidat et ne lui sont pas explicitement défavorables».

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a relevé que les conditions prévues à l’article 2-3-8 de la convention précitée s’agissant de l’encadrement du recours au procédé de caméra cachée avaient été respectées.

Il a notamment considéré que, compte tenu de leurs qualités de responsables politiques et du débat d’intérêt général que leurs propos venaient nourrir, le recours à la caméra cachée sans modification de leurs images et de leurs voix pouvait, au regard des circonstances particulières de l’espèce, être admis au titre de l’exception visée par les stipulations précitées.

Par ailleurs, s’il a compris que certains éléments relatifs au Front national dans cette émission ont pu conduire à des réactions de désapprobation, il a considéré que les informations révélées à cette occasion constituaient un élément important de la campagne électorale, correspondant aux nécessités de l’information du public, et qu’il ne pouvait être reproché aux responsables de la chaîne d’en avoir fait état.

D’ailleurs, les commentaires négatifs formulés à l’égard du Front national ou de sa candidate en vue de l’élection présidentielle, n’ont pas été décomptés au titre de son temps de parole ou de son temps d’antenne.