Données sensibles: Thales et Google mettront en service en 2024 leur offre de «cloud de confiance»

32

Thales et Google mettront en service en 2024 leur offre de «cloud de confiance» pour les données sensibles françaises, ont-ils annoncé jeudi, une semaine après l’annonce similaire d’un trinôme associant Orange, Capgemini et Microsoft. Ce nouveau service, baptisé S3NS, sera proposé «dès le deuxième semestre 2024» avec une «localisation des données et des charges de travail en France», selon le communiqué de Thales et Google. Comme l’offre d’Orange et Capgemini (dénommée Bleu), S3NS doit permettre à l’État et aux entreprises d’avoir accès à la technologie d’un géant américain du net, sans lui confier de données. Les infrastructures utilisées seront en effet la propriété d’Orange-Capgemini et de Thales, qui les exploiteront en leur nom propre et avec leur propre personnel, tout en utilisant les outils logiciels mis à leur disposition par Microsoft et Google.

Le montage permet notamment d’éviter que les données sensibles ne tombent sous le coup des lois extra-territoriales des États-Unis. Selon le «Cloud Act» de 2018 par exemple, les opérateurs américains peuvent être contraints de livrer aux autorités de leur pays des données appartenant à leurs clients, même si celles-ci ne sont pas stockées aux États-Unis. Les services de Bleu et S3NS seront en concurrence avec ceux d’OVHcloud, d’Outscale et d’Oodrive. Ces trois opérateurs français satisfont également aux conditions de sécurité du «cloud de confiance», mais ils n’offrent pas une gamme de services aussi étendue que leurs concurrents américains. Le service de «cloud» est devenu le pilier de l’informatique moderne. Il permet aux entreprises et aux institutions de réduire drastiquement leur parc informatique en se reposant sur l’infrastructure mutualisée des opérateurs de «cloud». Les géants incontestés du secteur sont Amazon Web Services, Microsoft et Google, qui commencent à peine à être concurrencés au niveau mondial par des acteurs chinois comme Alibaba.

Les centres de données de S3NS seront situés sur les mêmes sites que ceux de Google, dans ces immenses centres de données dits de «colocation» qui ont fleuri en Ile-de-France ces dernières années et qui accueillent les serveurs de plusieurs entreprises. Mais les installations de Thales seront rigoureusement séparées de celles de Google, a expliqué Anthony Cirot, le directeur général de Google Cloud France. «Il faut penser à un immeuble avec des appartements séparés», a-t-il décrit. Les trois centres de données français de Google Cloud sont tout nouveaux, puisqu’ils entrent en service officiellement ce jeudi. Pour commencer à conquérir la clientèle, S3NS propose dès maintenant une offre intermédiaire reposant sur les centres de données de Google, mais dotée de ses propres outils de sécurisation (chiffrement, contrôle des accès…). «On a une traction commerciale qui est extrêmement forte, avec une quarantaine d’acteurs avec lesquels on discute», a indiqué Marc Darmon, le directeur général adjoint de Thales.