«Droits voisins»: Macron appelle à «engager au plus vite toutes les procédures» européennes contre les géants du numérique

32

Le président français Emmanuel Macron a appelé mercredi les autorités européennes de la concurrence à engager «au plus vite toutes les procédures possibles» contre les plateformes du numérique ne respectant pas les règles sur les «droits voisins», qui permettent une meilleure rémunération des éditeurs de presse. «Certains acteurs comme Google veulent s’en affranchir. Nous ne laisserons pas faire et très clairement demandons aux autorités nationales et européennes de la concurrence d’examiner et d’engager au plus vite toutes les procédures possibles et au-delà», a déclaré M. Macron lors d’une conférence de presse à Toulouse avec la chancelière allemande Angela Merkel. Il a notamment proposé de développer «de nouvelles règles pour réguler les grandes plateformes», avec «des mécanismes de sanction plus rapides». Google a annoncé fin septembre qu’il n’entendait pas rémunérer la presse, malgré l’entrée en vigueur le 24 octobre d’une loi qui transpose dans le droit français la réforme européenne du droit d’auteur et instaure, comme celle-ci le prévoit, un «droit voisin» au profit des éditeurs de presse et des agences de presse. Alors même que cette réforme vise à aider la presse à faire rémunérer ses contenus par les géants du numérique, en particulier Google et Facebook qui captent l’écrasante majorité des recettes publicitaires sur internet, Google a fait savoir qu’il n’était pas question pour lui de payer les éditeurs. Concrètement, en France, il n’affichera plus les extraits d’articles d’éditeurs de presse européens, et autres images miniatures ou vignettes dans les résultats apparaissant dans son moteur de recherche et dans Google Actualités. A la place, il n’affichera plus qu’un titre et un lien, à moins que les éditeurs de presse ne l’autorisent spécifiquement à utiliser de manière gratuite ces extraits et vignettes. La presse et le gouvernement français se sont insurgés contre ce dispositif. Le 4 octobre, M. Macron avait estimé que Google «ne peut pas s’affranchir» de la loi en France, découlant d’une directive européenne, pour imposer des droits d’auteurs aux plateformes de diffusions d’information en ligne. «On va rentrer dans la mise en oeuvre de la loi» fin octobre sur les «droits voisins», avait-il assuré. «Nous serons aux côtés de nos auteurs, journalistes et des groupes de presse qui légitimement défendent leurs intérêts face à des propositions» qui ont été «jusqu’ici inacceptables», a-t-il ajouté.