FL Entertainment (Banijay, Betclic) essuie une nouvelle perte nette de 81 millions d’euros en 2022

67

FL Entertainment, la société qui regroupe le géant mondial de la télévision Banijay et l’opérateur de paris sportifs Betclic, a essuyé une nouvelle perte nette de 81 millions d’euros en 2022, malgré une forte croissance de son activité, selon un communiqué. Le groupe contrôlé par le producteur français Stéphane Courbit a publié jeudi ses premiers résultats financiers depuis sa cotation sur la Bourse d’Amsterdam en juillet. Son c.a. a dépassé les 4 milliards d’euros au cours de l’exercice, en hausse de 15% grâce notamment au concours de la Coupe du monde de football, qui a fait bondir le nombre d’inscrits à Betclic de plus de 25%. Les recettes liées aux paris sportifs et aux jeux en ligne ont progressé sur un an de 12,7%, à 835 millions d’euros. Banijay, leader mondial de la production audiovisuelle pour la télévision qui a fusionné avec Endemol, a profité pour sa part d’un «niveau élevé de production», dû notamment à sa croissance externe (15 acquisitions dans dix pays). Le groupe se félicite également de la performance de ses actifs phares: la «Star Academy» en France, l’émission de téléréalité «Big Brother» ou les séries «Peaky Blinders» et «Marie-Antoinette». Grâce enfin aux plateformes de streaming, dont la contribution au c.a. a augmenté de 61%, l’activité de production et de distribution de contenus atteint 3,2 milliards d’euros, en hausse de 16,5%.FL Entertainement, détenu à 47% par Lov Group (la holding de Stéphane Courbit) et à 19% par le géant français des médias Vivendi (contrôlé par la famille Bolloré), va distribuer 150 millions d’euros de dividendes à ses actionnaires, soit 49% de son résultat net ajusté, l’indicateur privilégié par l’entreprise. Il enregistre pourtant une perte nette de 81 millions d’euros sur la période, après un exercice 2021 déjà en perte de 73 millions d’euros. Selon le groupe, ce résultat est la conséquence comptable d’éléments non récurrents, dont le remboursement anticipé d’une obligation et l’attribution d’actions gratuites aux investisseurs sponsors de l’opération de cotation. Le groupe a confirmé ses différents objectifs pour 2023, dont une croissance d’environ 5% du c.a. de la production et distribution de contenus et une croissance «à deux chiffres» des paris sportifs et des jeux en ligne.