G-M. BENAMOU (Siècle Productions) : « Nous préparons pour France Télévisions «C’était la guerre d’Algérie», la plus grande saga sur ce conflit »

531

Lundi 8 et 12 février à 21h05, France 2 propose «Les aventures du jeune Voltaire» (4X52’), une création originale portée par un casting quatre étoiles, produite par  Georges-Marc BENAMOU, Producteur & Président de Siècle Productions. Rencontre. 

Quelle a été votre ambition artistique sur «Les aventures du jeune Voltaire» (France 2) ?

Georges-Marc BENAMOU : Cette série historique en costume a été traitée de façon moderne, rock et rebelle. La fiction correspond à la vie du jeune Voltaire, un personnage ambitieux, sérieux et aventureux. Rien à voir avec le sage que l’on voyait sur les billets de 10 francs. Il devient cet inventeur de la liberté contemporaine au fil des épisodes. Avec Alain Tasma, le réalisateur, et moi-même, on s’est appuyés sur notre culture des séries contemporaines et sur les grandes références aux œuvres du service public. Nous voulions amener dans ce 4X52’ une qualité de production, du rythme, et éviter de tomber dans l’archétype de la série historique poussiéreuse. 

Comment avez-vous géré cette production ?

On travaille dessus depuis 2 ans. Il s’agit d’une coproduction franco-belge de grande qualité qui nous a permis de tourner en Belgique mais aussi au Château de Chantilly dans les Hauts-de-France. Cette coproduction nous a permis aussi d’avoir un financement complémentaire et de prendre des risques. Le budget est situé entre 7,5M€ et 8 M€. Mais le tournage des «Aventures du jeune Voltaire»a été interrompu avec le confinement, générant un surcoût (entre 7 et 10% du budget, ndlr). Sur la partie belge, nous n’avions pas de fonds de garantie. Il a donc fallu prendre des assurances complémentaires très coûteuses. Comme pour d’autres fictions, le diffuseur s’est engagé à prendre une partie des surcoûts liés au Covid.   

Quel a été le plus lourd dans cette série historique ? 

La place des décors, des costumes et des perruques. La charge budgétaire est considérable.  Nous avons aussi fait appel à beaucoup de figurants.

Fondée en 2009, comment avez-vous orienté les activités de Siècle Productions ?

Nos activités se concentrent aujourd’hui sur la production de documentaires et de fictions (séries et unitaires) pour la télévision. Nous préparons «Gainsbourg, tout une vie», le grand documentaire pour les 30 ans de la mort du chanteur français sur France Télévisions. Nous développons aussi un documentaire sur Catherine Deneuve, «La Reine Catherine». 

Des projets en fiction ?  2022 marquera le 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, l’occasion de produire «C’était la guerre d’Algérie» (3X90’), la plus grande saga sur ce conflit, pour France Télévisions. Cela reposera notamment sur de l’archive colorisé et quelques tournages. Nous sommes aussi en pré-production pour Arte de «Juliette dans son bain», une comédie sociale policière avec André Dussollier, adaptée du roman éponyme de Metin Arditi.