Huawei confirme le démarrage de sa production d’équipements 5G en Alsace pour fin 2025 

282

Le géant des télécoms chinois Huawei, qui fait construire une usine en Alsace, sa première hors de Chine, y débutera «fin 2025» sa production d’équipements pour réseaux mobiles, notamment 5G, a affirmé samedi le directeur général adjoint de sa branche française. 

Cette «usine va sortir de terre» et «va lancer normalement (sa production) vers fin 2025», a déclaré Minggang Zhang sur France Inter. 

«L’ambition, c’est produire 1 milliard de marchandises par an avec 500 emplois à la clé, et c’est fabriquer en France pour fournir l’ensemble du marché européen», a-t-il précisé. 

Un objectif visé même si l’Allemagne envisage d’interdire les pièces fabriquées par Huawei et par ZTE, autre constructeur chinois, dans ses réseaux 5G à partir de 2026. 

Et même si la Commission européenne a appelé les 27 pays membres et les opérateurs télécoms à exclure de leurs réseaux mobiles ces deux fournisseurs qu’elle juge à risque pour la sécurité de l’UE. 

«La construction progresse et ça avance bien. Et l’ensemble du marché européen, on y est, on progresse, on travaille bien et tout en adoptant une manière totalement transparente pour les différents Etats, les différents interlocuteurs», a assuré Minggang Zhang, en se disant «confiant». 

Dans un contexte de guerre commerciale Etats-Unis/Chine, Washington a déjà interdit la vente d’équipements de cinq fournisseurs chinois, dont Huawei et ZTE, invoquant des risques d’espionnage ou de sabotage des réseaux occidentaux, ce que démentent ces entreprises. 

Concernant la France, Huawei avait annoncé fin 2020 sa décision d’installer une usine au Business Parc de Brumath (Bas-Rhin), ville d’environ 10.000 habitants située à une vingtaine de kilomètres de Strasbourg, non loin de Haguenau, et d’y investir 200 millions d’euros. 

Ce site décrit comme «écologique» doit produire les principaux équipements composant les stations de base sans fil (c’est-à-dire les antennes) destinées au marché européen. 

Arrivé en 2003 en France, où le groupe a ouvert six centres de recherche et un centre mondial de design à Paris, Huawei dit avoir réalisé dans l’Hexagone 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2021 et revendique près de 10.000 emplois générés. 

L’entreprise revendique également une part de 20% du marché français des infrastructures télécoms, malgré les fortes restrictions issues de la loi dite «anti-Huawei» de 2019, visant à prémunir les réseaux français de «risques d’espionnage, de piratage et de sabotage» permis par la 5G.