IA et lutte contre le changement climatique au coeur du Web Summit de Rio

67

Intelligence artificielle et lutte contre le changement climatique seront au coeur du Web Summit, l’une des grandes conférences mondiales sur les nouvelles technologies, qui s’est ouverte mardi à Rio de Janeiro. C’est la deuxième année de suite que cette ville brésilienne est l’hôte de ce rendez-vous majeur surnommé le «Davos des geeks», où sont attendues quelque 40.000 personnes par jour jusqu’à jeudi, selon la mairie.

«La seconde édition est encore plus grande et meilleure que la première. Nous avons pour mission de faire de Rio la capitale de l’innovation en Amérique latine», a déclaré son maire Eduardo Paes pendant la cérémonie d’ouverture. Plus de 600 personnes doivent participer aux conférences et environ 1.000 start-up du monde entier seront représentées, disent les organisateurs. «Les débats de cette année porteront notamment sur le rôle de la technologie dans des sujets cruciaux du monde actuel, comme l’intelligence artificielle, les fintech, le changement climatique et les droits humains», a annoncé Arthur Pereira, le directeur du Web Summit au Brésil et au Portugal. Dans un secteur encore très largement masculin, les organisateurs affirment que 45% des start-up participant à cette édition ont été créées ou sont actuellement dirigées par des femmes, du jamais vu depuis le premier Web Summit en 2009. Des multinationales telles IBM, BYD, Salesforce, Huawei et JP Morgan seront également représentées.

De jeunes militants indigènes, des influenceurs, des créateurs de fintech ou de plateformes d’intelligence artificielle doivent prendre part aux conférences, tout comme le célèbre chanteur brésilien Gilberto Gil, un ancien ministre de la Culture.

Dublin a accueilli les premières éditions de cette conférence annuelle, à partir de 2009, et Lisbonne a pris le relais en 2016. Depuis 2023, elle a lieu deux fois par an, en novembre dans la capitale portugaise et en avril à Rio, qui l’organisera au moins jusqu’en 2028.