J. VIDOR (JVWEB) : « En France, Amazon représente 1 commande sur 5 sur internet»

85

En plein réconfinement, tandis que la fronde des commerces s’intensifie, Amazon affiche un bénéfice net qui a triplé depuis le début de l’épidémie. Amazon est-il en France le «monstre» que l’on décrit souvent ? Entretien avec Jonathan VIDOR, Président-fondateur de JVWEB (spécialiste du référencement digital).

media+

Amazon France vient d’annuler sa campagne pré-Black Friday sur demande du gouvernement. Le géant américain est-il le «monstre» que l’on décrit souvent ?

Jonathan VIDOR

Aux États-Unis, Amazon représente 1 commande sur 2 (passée sur internet). En France, c’est 1 commande sur 5. Derrière lui, se positionnent des acteurs comme Cdiscount, Fnac et Darty, 2 à 4 fois plus petits. Au troisième trimestre, le chiffre d’affaires d’Amazon a augmenté de 37% en atteignant 96 milliards de dollars. Pour autant, Amazon s’est créé grâce à la qualité de ses services livraisons et clients. La concurrence peut devenir déloyale sur la manière dont ils travaillent avec leurs fournisseurs.

media+

Les géants comme Netflix et Amazon sont-ils les seuls gagnants de la crise ?

Jonathan VIDOR

Oui, ils sont largement gagnants, mais ce ne sont pas les seuls. Tous ceux qui vendent aujourd’hui sur internet sont potentiellement gagnants. Lors du premier confinement, sur les deux premières semaines, la baisse d’activité sur internet était de l’ordre de -70%. Actuellement, la tendance est à la hausse à +5%. Cette augmentation début novembre n’est pas banale puisque les gens se réservent les achats (or alimentation) pour la fin du mois et la méga promotion du Black Friday. Ceux qui perdent sont ceux qui n’avaient qu’une boutique physique et qui ne vendaient rien sur internet.  

media+

De quels moyens disposent les 200.000 commerçants qui ont fermé leurs portes pour faire face à la concurrence d’Amazon ?

Jonathan VIDOR

Les ventes sociales en vidéo se développent. Les commerçants sont dans leur magasin et font une sélection d’articles qu’ils diffusent en direct. Cela fonctionne bien sur la thématique des vêtements et du jouet. Si le commerçant a travaillé sa «fan page» depuis des mois, en mettant un petit logo dans sa boutique et en incitant les gens à s’abonner, il en récolte les fruits. Derrière cela, des opérations comme «Ma ville mon shopping» fait le lien entre des shoppeurs passionnés, des boutiques indépendantes et des clients désireux d’acheter des produits de qualité. Après, des enseignes comme Cdiscount, Carrefour et Intermarché peuvent faire des offres pour être référencées gratuitement sur des marketplaces en ligne ou pour être présentes dans les magasins en drive. 

media+

Amazon est décrié actuellement dans les médias. Les Français suivent-ils la mouvance ?

Jonathan VIDOR

Il y a deux grosses perceptions d’Amazon qui varient selon si vous êtes en Île-de-France ou hors IDF. Amazon assure la livraison le même jour à votre domicile jusqu’à 22h si vous êtes en région parisienne. Ce service est unique. En province, la livraison prend généralement 48h en moyenne. Vous avez donc d’autres alternatives comme Fnac, Darty, Auchan, Click & Collect. Quand on discute avec nos clients, nous avons vraiment 3 groupes : les anti Amazon, qui critiquent le fait que le groupe ne paye pas beaucoup d’impôts en France et les conditions de travail décriées ; ceux qui évitent de commander sur Amazon, à moins que le prix soit attractif ; et les autres qui s’en fichent.