L. DANGOUMAU (L’Equipe) : «Avec les JO, nous prévoyons +30% d’audience sur nos univers digitaux»

188

Enjeu de taille pour le Groupe L’Équipe avec l’arrivée des Jeux Olympiques et Paralympiques. Le dispositif éditorial a été renforcé et structuré autour d’une rédaction d’environ 250 journalistes dont 70 accrédités, soit deux fois plus qu’à Tokyo.  Il s’agit du plus gros contingent français après France Télévisions et l’AFP. L’occasion de nous entretenir avec Lionel DANGOUMAU, Directeur de la rédaction de L’Équipe.

MEDIA +

Avec l’arrivée des JO, comment avez-vous structuré la stratégie éditoriale ?

LIONEL DANGOUMAU

Il s’agit d’une mobilisation à la hauteur de ce rendez-vous inédit et historique dans l’histoire de l’Équipe. Même s’il y a d’autres compétitions majeures cet été comme l’Euro de football et le Tour de France, les Jeux Olympiques de Paris 2024 nous obligent à créer un dispositif éditorial puissant, avec une équipe de reporters de 70 personnes sur le terrain, soit le double des derniers Jeux à Tokyo. Environ 250 journalistes sont mobilisés au total. Nous nous sommes renforcés avec des CDD et des pigistes de manière plus fournie que les années précédentes pour répondre à l’événement. Nous serons dispatchés entre nos locaux à Boulogne-Billancourt, le Média Center Porte Maillot, le Club France, ainsi que tous les sites à Paris et en province. En termes de production et de couverture éditoriale, nous misons sur un dispositif unique.

MEDIA +

Comment avez-vous imaginé le dispositif de L’Équipe ?

LIONEL DANGOUMAU

On a commencé à y réfléchir il y a plus d’un an. Comme toute l’année, nous articulons le dispositif entre le numérique et le print. Sur la partie digitale, nous couvrons toute l’actualité chaude, le suivi des événements en direct, l’annonce des résultats, les premières réactions liées à tout ce qui va se passer. A cela s’ajoutent la mise en place d’une émission quotidienne sur le site et nos réseaux sociaux en direct du Club France. Le print prendra le temps de l’analyse, du reportage, de l’entretien et des portraits, avec une particularité : offrir à nos lecteurs un cahier central (calendrier et résultats exhaustifs) tous les jours ainsi que deux Unes de l’Équipe chaque jour.

MEDIA +

Un dispositif à la hauteur du gigantisme des JO. Avez-vous mesuré l’impact auprès des lecteurs et des futurs lecteurs ?

LIONEL DANGOUMAU

On estime que cela devrait nous apporter entre 15 et 20% de progression sur la diffusion France payée par rapport au premier semestre 2024. Actuellement, nous diffusons à 220 000 exemplaires. En termes d’audience sur le site et l’appli, nous prévoyons une progression de +30% sur les mois de juillet et août, anticipant un effet à domicile. Nous espérons que nos lecteurs les plus réguliers viendront encore plus souvent, tout en attirant de nouveaux venus qui se passionneront pour le sport pendant les Jeux. Ce sera l’actualité n°1 en France à ce moment-là. C’est l’occasion de mettre L’Équipe entre les mains de personnes qui continueront à nous suivre après les Jeux. Parmi nos objectifs, recruter des abonnés et leur montrer tout notre potentiel.

MEDIA +

Qu’est-ce que cela induit éditorialement pour séduire les nouveaux lecteurs ?

LIONEL DANGOUMAU

Nous avons notre propre identité pour commenter l’actualité sportive. Il ne faut pas la perdre, car c’est ce que nos lecteurs réguliers ou occasionnels cherchent chez nous. Nous avons l’obligation d’être à la fois experts, pour aller plus loin que ce que les autres médias racontent sur le sport, et assez grand public. C’est une ligne que nous essayons de tenir constamment. Il y a également un aspect sur lequel nous misons traditionnellement : l’émotion. Le sport, c’est aussi beaucoup d’émotion, et nous devons la retranscrire, soulignant le caractère historique d’une performance par exemple. Nous transmettons aussi quelque chose par la photo.

MEDIA +

De quels droits disposez-vous pour récupérer de la vidéo pendant les JO ? Allez-vous créer du contenu spécifique pour votre site et votre appli ?

LIONEL DANGOUMAU

Nous ne diffusons pas d’images de la compétition. Nous laissons cette partie à nos camarades de France Télévisions et d‘Eurosport. Cependant, nous avons une équipe vidéo dédiée sur place, chargée de produire des sujets. Pendant les Jeux, des journalistes seront également chargés de couvrir les à-côtés, les coulisses, et de réaliser des reportages, notamment au Club France, pour recueillir les réactions des athlètes français. Nous avons tout un pan de notre offre dédié à la vidéo. C’est très important d’être présent sur ce support, même si nous ne diffusons pas d’images de la compétition.

MEDIA +

Entre les précédents JO et ceux de Paris, qu’est-ce qui a changé en 4 ans sur le traitement médiatique et éditorial ?

LIONEL DANGOUMAU

La comparaison est un peu particulière cette année en raison du temps et de la dimension géographique. Si cette édition des JO se déroulait ailleurs dans le monde qu’en France, le traitement ne serait pas forcément différent de celui de Tokyo. Nous insistons sur encore plus de réactivité, la place du numérique dans notre offre, la vidéo et le podcast. En trois ans, notre offre de podcasts a été démultipliée, avant et pendant les Jeux. La réactivité et la qualité seront nos maîtres mots.

MEDIA +

Un dernier mot justement ?

LIONEL DANGOUMAU

Nous comptons beaucoup sur les JO pour faire de 2024 une belle année. Notre rédaction est entièrement mobilisée. Nous pensons avoir la meilleure rédaction pour couvrir les Jeux Olympiques et ses 47 disciplines. C’est ce que nous faisons finalement toute l’année depuis bientôt 80 ans. Dans l’histoire de L’Équipe, cela va être un grand moment que nous attendons avec impatience et enthousiasme.