La journaliste Sylvie Pierre-Brossolette nommée à la tête du Haut conseil à l’égalité femmes-hommes

122

La journaliste Sylvie Pierre-Brossolette va prendre la tête en janvier du Haut conseil à l’égalité femmes-hommes (HCE), une instance consultative indépendante chargée de lutter contre le sexisme et les violences de genre, et aussi désormais de promouvoir l’égalité professionnelle, a annoncé mardi le gouvernement.Mme Pierre-Brossolette «saura donner la dynamique nécessaire» et «aiguiller les pouvoirs publics en matière d’égalité entre les femmes et les hommes», a souligné dans un communiqué la ministre déléguée Elisabeth Moreno.Ancienne journaliste à «L’Express», au «Figaro Magazine» et au «Point», la nouvelle présidente a été membre du cabinet de Françoise Giroud, première secrétaire d’État à la Condition féminine (1974-1976). Elle a également siégé de 2013 à 2019 au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) où elle était en charge du droit des femmes. Elle siégeait déjà dans le HCE sortant où elle s’occupait de la «lutte contre les stéréotypes et rôles sociaux». A 67 ans, elle prendra en janvier la tête d’un HCE «renouvelé et renforcé» puisqu’il englobera désormais, en plus de ses prérogatives habituelles, celles assurées jusqu’à présent par le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle. Ce Haut conseil ainsi fusionné comptera une cinquantaine de membres (élus, représentants d’associations ou d’administrations, chercheurs, personnalités qualifiées) chargés de la lutte contre le sexisme et les violences de genre, et une quarantaine (dont des représentants des partenaires sociaux) en charge de l’égalité professionnelle. Au cours des derniers mois, le HCE a dénoncé la persistance de stéréotypes sexistes dans la presse écrite ou les médias audiovisuels en France, ou l’»impunité» dont jouissent selon lui les auteurs de violences conjugales. Il a également estimé que l’égalité entre les sexes était la «grand absente» de la réforme de la haute fonction publique et a qualifié le concours Miss France de «caricature archaïque».