L. DELECHAPT / J. ROSANVALLON (Médiamétrie) : « Le nombre de téléspectateurs est de 8% supérieur à celui de l’année dernière »

662

En 2020, les Français ont passé 3h58 par jour devant des programmes TV (+18’ vs 2019), une durée record d’après les chiffres présentés lors de l’année TV de Médiamétrie. Entretien avec Laurence DELECHAPT, Directrice du Département TV & Julien ROSANVALLON, DGA en charge des Mesures d’Audience à Médiamétrie.

media+

La TV s’impose dans une année hors normes. Vous attendiez-vous à un tel bouleversement ?

Julien ROSANVALLON

On s’attendait tous à une hausse de la consommation TV. Mais l’ampleur de la croissance des usages confirme les grandes forces du média. Le direct a été sacralisé avec des temps très forts : les interventions du Président de la République, de l’exécutif, les audiences records des JT et la percée des chaînes d’info en continu. Beaucoup d’émissions se sont adaptées au confinement, elles ont parfois été tournées depuis le domicile des présentateurs comme avec «TPMP» (C8). Des rendez-vous tels que «Lumni» (France 4) ont su apporter l’éducation dans les foyers, à un moment où les écoles ne pouvaient plus accueillir les enfants. Ça a été des symboles forts de cette capacité du média TV de maintenir un lien, dans une époque où la distanciation physique nous a séparés et éloignés.

media+

Quelle audience additionnelle apportent le confinement et le couvre-feu ?

Laurence DELECHAPT

Cette année, le nombre de téléspectateurs est de 8% supérieur à celui de l’année dernière, soit 3 millions de personnes en plus devant la TV au quotidien. Dans ce contexte, l’offre a aussi explosé au cours des 12 derniers mois avec le renforcement des plateformes de SVOD. Pourtant, le média télévision a su s’appuyer sur ses forces et se réinventer, y compris en délinéarisé. Pour la chaîne Canal+, les audiences délinéarisées représentent parfois jusqu’à 80% de l’audience de leur plateforme. C’est une vraie transformation de la façon dont la chaîne est consommée.

media+

Une TV également plus réactive pour bousculer ses grilles ?

Laurence DELECHAPT

Il y a une expérience vécue et acquise qui va être bénéfique pour la suite. Il y a une forme d’adaptabilité qui nous fait dire que tout est possible. Les chaînes ont su réagir aux contraintes de production. Le succès de «Tous en cuisine» (M6) est l’exemple le plus parlant, et il a perduré par la suite. Le lien de la TV avec le public, pendant cette période compliquée, a été entretenu par la capacité des chaînes à répondre au manque de culture, de divertissement et de sport.

media+

Quid des plateformes de SVoD ?

Julien ROSANVALLON

Elles se sont inspirées du média TV pour créer un lien avec les téléspectateurs, par exemple en instaurant des rendez-vous. 8,3 millions de Français consomment des contenus sur les plateformes au quotidien.

media+

Quid des plateformes de SVoD ?

Julien ROSANVALLON

Oui. L’offre s’enrichit. C’est la raison pour laquelle des questions se posent sur la réglementation. Les plateformes font évoluer leur ADN et se rapprochent de la TV. Les contenus en SVoD sont consommés sur le téléviseur, essentiellement à des moments de Prime Time, avec une prédilection pour les fictions. Les utilisateurs de ces plateformes ne se détournent d’ailleurs pas de la TV. 2020 en a été la confirmation puisque le record absolu de la durée d’écoute du média a été battu. La télévision a montré sa capacité à attirer le public. Avec les plateformes et les chaînes de TV, notre choix de programmes s’élargit, mais on reste dans une dimension d’addition, de complémentarité et pas de substitution.