Le budget du ministère de la Culture en hausse en 2023, à 4,2 milliards d’euros

42

Le budget du ministère de la Culture s’élèvera en 2023 à 4,2 milliards d’euros, soit une hausse de 271 millions (+7%), a annoncé lundi la ministre Rima Abdul Malak lors d’une conférence de presse.Cette enveloppe comprend la mission Culture ainsi que les volets médias (hors audiovisuel public), livres et industries culturelles. En 2022, le budget du ministère de la Culture avait dépassé pour la première fois les 4 milliards d’euros. 

Dans le détail, entre autres, 711 millions d’euros (+1,1%) sont affectés au financement de la production cinéma et audiovisuelle et du jeu vidéo en 2023, et 208,5 millions d’euros seront consacrés au pass Culture, soit 9,5 millions de crédits supplémentaires. Plus globalement, «la crise sanitaire», comme l’a rappelé la ministre est «venue accélérer» certaines «mutations». Cette période a ainsi «amplifié la puissance des géants du numérique» et «souligné les inégalités sociales d’accès à la culture». Et le ministère de dresser des «défis majeurs»: «que vont devenir nos salles de cinéma, nos librairies, nos théâtres, nos musées, nos opéras dans vingt ans? Quels publics vont les fréquenter? A quoi ressemblerait notre société si ces lieux étaient voués à se vider?». Face «à ces menaces», la priorité «est plus que jamais de nous engager, dans l’éducation artistique dès le plus jeune âge et de développer l’envie de culture en chair et en os de notre jeunesse». Par ailleurs, le ministère de la Culture entend «affirmer la place de la création française, de la langue française, de l’innovation française dans l’océan numérique». En misant, par exemple, «sur la formation de nouveaux talents en garantissant, dans cette diffusion démultipliée une juste rémunération des créateurs». Pour ce qui concerne l’audiovisuel public, la dotation 2023, comme attendu, s’élève à 3,8 milliards d’euros. Mais c’est le mécanisme qui change, puisque la redevance a été supprimée. L’argent alloué à l’audiovisuel public provient désormais d’une part de la TVA.