Le salon mondial du mobile (MWC) espère réunir plus de 30.000 personnes fin juin à Barcelone malgré l’absence de grands groupes

77

Les organisateurs du salon mondial du mobile (MWC), grande-messe du secteur annulée en 2020 pour cause de pandémie, ont annoncé jeudi espérer réunir plus de 30.000 personnes fin juin à Barcelone, lors d’une édition hybride à laquelle de nombreux grands groupes ne participeront qu’à distance. 

Le congrès, qui se tient habituellement fin février dans la ville espagnole, réunit normalement plus de 100.000 participants de l’industrie du mobile et des télécoms, dont de nombreux Asiatiques. «Il est certain que le MWC 2021 aura un aspect un peu différent (…) Une année normale, nous serions en train de parler de records: «il y aura un nouveau record, il y aura plus de gens…» Et bien ce n’est pas le cas cette année», a reconnu jeudi lors d’une conférence de presse John Hoffman, directeur exécutif de GSMA, l’association internationale des opérateurs télécoms qui organise l’événement. «Combien de personnes y aura-t-il? Vraiment nous ne le savons pas, mais nous tablons sur 30.000, 40.000 ou même 50.000 personnes assistant physiquement au MWC 2021», a-t-il ajouté. 

Les dates du salon ont été décalées cette année du 28 juin au 1er juillet, en espérant une amélioration de la situation sanitaire, avec un format hybride mêlant événements présentiels et virtuels. Environ 300 exposants et 600 orateurs lors de différents débats sont prévus, dont 70% en personnes, ont précisé les organisateurs. Plusieurs groupes du secteur comme Samsung, Amazon, Intel ou Lenovo ont renoncé à participer en personne. 

Le chinois Huawei sera le plus grand fabricant présent physiquement. «Ils prennent leurs décisions et nous les nôtres. Mais sachez que beaucoup d’entreprises de pointe seront présentes», a affirmé M. Hoffman. 

La désertion des grands groupes en 2020 avait forcé les organisateurs à annuler le congrès à la dernière minute, une décision qui avait fait polémique à l’époque, alors que la pandémie n’avait pas encore éclaté officiellement en Europe. «Ce fut une décision très difficile, mais c’était la bonne décision», a déclaré le directeur général de GSMA, Mats Granryd, qui a loué le rôle joué par le secteur pendant la pandémie. «L’écosystème mobile a joué un rôle central, créant une connectivité ininterrompue grâce à laquelle nous avons été capables de socialiser, de travailler. Cela a été vraiment très bénéfique pour notre industrie», a-t-il dit. Malgré la chute du nombre de participants, Granryd a assuré que le congrès permettrait de fructueux rendez-vous d’affaires, principal objectif du salon. «Avant, beaucoup d’entreprises envoyaient 200-300 professionnels. Maintenant, ils n’en envoient peut-être que cinq, mais ce sont les cinq meilleurs», a-t-il assuré.