Les frères Bouygues et leurs proches ont porté leurs parts dans le groupe Bouygues à plus de 25% du capital du géant français

97

Les frères Bouygues et leurs proches ont porté leurs parts dans le groupe Bouygues à plus de 25% du capital du géant français du BTP, des télécoms et des médias, selon une déclaration auprès de l’AMF publiée mercredi dernier. Martin Bouygues, président du conseil d’administration du groupe, son frère Olivier et leurs familles détiennent désormais «25,02% du capital et 29,37% des droits de vote» du groupe, indique l’Autorité des marchés financiers (AMF).

«Ce franchissement de seuil résulte d’une acquisition d’actions Bouygues sur le marché», précise l’AMF. Ces parts dans le groupe sont détenus par les deux frères et leurs familles en quasi totalité via leur société commune SCDM, qui a réalisé cette acquisition «en utilisant ses ressources financières disponibles». Selon la déclaration à l’AMF, les familles Bouygues «agissent de concert entre elles et n’ont pas conclu d’accord de concert avec un tiers».

Elles indiquent aussi envisager «d’accroître leur participation dans la société Bouygues en fonction des conditions et des opportunités de marché, sans que cela ne leur fasse franchir 30% du capital ou des droits de vote». La réglementation boursière oblige un actionnaire qui dépasse le seuil de 30% d’une entreprise à lancer une OPA (offre publique d’achat). Les familles Bouygues «n’envisagent pas de prendre le contrôle de la société Bouygues», «n’envisagent pas de solliciter de sièges supplémentaires au conseil d’administration» et affirment qu’elles «soutiennent la stratégie actuelle mise en oeuvre par la direction générale de Bouygues».

Celle-ci a été confiée en février 2021, à Olivier Roussat, lorsque Martin Bouygues a commencé à passer la main à la tête en dissociant ses fonctions de président et de directeur général.

Le groupe français est actuellement engagé dans deux grandes et couteuses opérations de fusion-acquisition. Bouygues tente d’acquérir Equans auprès du groupe Engie, plus grosse opération de rachat jamais réalisée par le groupe créé en 1952, et de mener à bien le rapprochement entre sa chaîne TF1 et M6.

Le bouclage du rachat d’Equans, qui regroupe des services techniques allant de la gestion de l’énergie dans les bâtiments à la sécurité-incendie en passant par la climatisation ou le numérique, est toutefois contestée par l’autorité de la concurrence britannique CMA.

Bouygues, qui a conclu la séance de mercredi dernier à la Bourse de Paris en baisse de 1,23%, est valorisé à 11,6 milliards d’euros sur la place parisienne.