Les médias colombiens ont révélé lundi l’ampleur des données dérobées en Colombie par les pirates informatiques du réseau Guacamaya

228

Enquêtes judiciaires, opérations militaires ou identités d’agents infiltrés: les médias colombiens ont révélé ce lundi 30 janvier 2023 l’ampleur des données dérobées en Colombie par les pirates informatiques du réseau Guacamaya, connu pour ses fuites d’informations dans plusieurs pays d’Amérique latine.

Le réseau, qui a également agi dernièrement au Mexique, au Chili, au Pérou et au Salvador, a divulgué des informations confidentielles provenant des forces armées colombiennes, ainsi que du parquet général.

Le journal «El Espectador» a ainsi eu accès à des milliers de courriels et de fichiers appartenant aux forces armées, et le portail Cambio a plus de 30 millions de pages d’informations confidentielles du bureau du procureur général.

Parmi les informations révélées, des enquêtes judiciaires, des «opérations militaires douteuses» ou encore les identités «d’agents infiltrés» et de «sources» travaillant dans des opérations de lutte contre le trafic de drogue en Colombie, aux États-Unis, en France, en Espagne, aux Pays-Bas, en Allemagne ou encore en Australie.  Il est question également de l’embauche d’un colonel de l’armée à la retraite pour fournir des conseils en matière de droits de l’homme, alors qu’il était l’auteur avoué du retentissant scandale dit des «faux positifs», ces plus de 6.000 civils arrêtés et exécutés par l’armée dans les années 2000 et présentés ensuite comme des rebelles tués au combat afin de gonfler ses statistiques.

Les médias ont également documenté des cas de «livraisons contrôlées de drogue», dans lesquels «un avion militaire et un véhicule officiel» ont été utilisés «par les autorités pour capturer les trafiquants de drogue en flagrant délit».

El Espectador a expliqué avoir eu accès à «l’intégralité» des données volées par l’intermédiaire de l’organisation Forbidden Stories, un consortium de journalistes basé en France qui poursuit le travail des journalistes qui ont été menacés ou tués.

Outre ces piratages, d’autres cyberattaques ont eu lieu récemment en Colombie, impliquant le vol d’informations pour lesquelles des rançons de plusieurs millions de dollars ont été exigées, touchant notamment des fournisseurs de services de santé.