Les services du premier opérateur mobile ukrainien, Kyivstar, paralysés par un piratage, la Russie soupçonnée

329

Les services du premier opérateur mobile ukrainien, Kyivstar, ont été paralysés mardi par un «puissant» piratage informatique pour lequel Kiev soupçonne la Russie, dont les hackers sont régulièrement accusé de prendre le pays pour cible. «Ce matin, nous avons été la cible d’une puissante attaque de pirates informatiques. Elle a provoqué une défaillance technique qui a rendu nos services de la communication mobile et de l’accès à l’internet temporairement indisponibles», a déclaré Kyivstar sur Facebook.

Les services de sécurité ukrainiens, le SBU, ont pour leur part annoncé l’ouverture d’une enquête, disant examiner l’hypothèse que «les services spéciaux russes pourraient être à l’origine de la cyberattaque». Cette enquête porte sur des faits de «haute trahison», de «sabotage» et d’»atteinte à l’intégrité territoriale de l’Ukraine».

Tôt le matin mardi, le réseau de Kyivstar, qui compte plus de 24 millions d’abonnés, a été paralysé. Si le ministre ukrainien des Infrastructures Oleksandre Koubrakov a estimé vers midi (10h00 GMT) que les réparations allaient prendre «quatre à cinq heures», le directeur de l’opérateur mobile a été plus prudent. «Nous travaillons encore sur la question de savoir combien de temps il faudra pour (tout) restaurer», a souligné Oleksandre Komarov à la télévision, évoquant une «attaque très puissante» qui a «considérablement endommagé» l’infrastructure informatique de l’opérateur. «Nous ne pouvions pas contrer cela virtuellement, nous avons donc physiquement déconnecté Kyivstar du réseau», a-t-il expliqué. Le groupe a assuré que les données personnelles des abonnés n’ont pas été compromises. La panne a affecté nombre d’autres services et entreprises dans ce pays, confronté depuis bientôt deux ans à l’invasion russe.

La première banque ukrainienne, Privatbank, a fait état d’une partie de ses guichets automatiques et terminaux affectés, selon le site de la télévision publique Hromadske. Les sirènes d’alerte aérienne ont aussi cessé de fonctionner dans une dizaine de localités de la région de Kiev et à Soumy dans le nord-est, ont annoncé les autorités locales.

A Lviv, grande ville de l’Ouest, la panne a affecté le fonctionnement du système de l’éclairage public, selon le conseil municipal. Une des grosses banques ukrainiennes, Monobank, s’est déclarée elle visée par une «attaque DDoS (par «déni de service», ndlr) massive», a déclaré son co-fondateur Oleg Gorokhovsky sur Telegram. L’armée ukrainienne n’a, elle, pas été affectée, a précisé un haut gradé des forces terrestres, Volodymyr Fitio, cité par l’agence de presse Interfax-Ukraine. En 2022, après le début de l’invasion russe, les autorités ukrainiennes ont affirmé avoir déjoué une cyberattaque russe visant les plus grandes installations électriques du pays, puis dénoncé une nouvelle attaque contre le site de l’opérateur national des centrales nucléaire Energoatom. Peu avant le début de l’invasion, l’Ukraine avait déjà fait état de plusieurs cyberattaques d’ampleur contre ses sites gouvernementaux, notamment militaires, ainsi que contre deux banques publiques, mettant en cause la Russie.