Les Slovènes valident une loi visant à empêcher les nominations politiques au sein de la télévision publique

79

Les Slovènes ont validé dimanche par référendum une loi visant à empêcher les nominations politiques au sein de la télévision publique, après une dégradation du climat médiatique sous le précédent Premier ministre Janez Jansa.

Plus de 62% des électeurs ont donné leur aval, selon les résultats publiés dans la soirée par la Commission électorale, ouvrant la voie à son entrée en vigueur dans le pays alpin de deux millions d’habitants, probablement début 2023.

Plusieurs associations de défense de la presse, comme l’Organisation des médias du sud-est de l’Europe (SEEMO), ont salué un amendement destiné à «protéger l’indépendance éditoriale» de la chaîne RTV Slovenija face aux «abus politiques et à une destruction certaine».

Le dirigeant conservateur Janez Jansa, au pouvoir de 2020 à 2022, avait multiplié les attaques contre les médias, les accusant de partialité, et remplacé la plupart des responsables de RTV pour y nommer des proches.

La chaîne a depuis été secouée par une série de grèves et de manifestations contre la réorientation des programmes et les pressions subies par les journalistes, tandis que la Slovénie a chuté du 54e au 36e rang dans le dernier classement de l’ONG Reporters sans Frontières (RSF). C’est le parti de l’ex-Premier ministre qui avait demandé la tenue d’un référendum dans l’espoir d’enterrer cette nouvelle loi, adoptée peu après l’arrivée en avril d’une coalition de centre-gauche. Janez Jansa subit là un nouveau camouflet.

Selon le texte, le gouvernement et le Parlement n’auront désormais plus le droit de procéder à des nominations, et la chaîne sera placée sous la supervision de groupes de la société civile (employés, défenseur des droits, Académie des sciences…).

«Il y a des dommages irréversibles mais l’autonomie éditoriale sera préservée» par cet amendement, a commenté Helena Milinkovic, porte-parole du principal syndicat de la télévision. Plus de 40 salariés ont quitté la rédaction qui réunit quelque 2.100 membres au total, a-t-elle précisé.

Une dizaine de journalistes, qui travaillaient auparavant pour des médias pro-Jansa, sont arrivés entretemps.

«Le nouveau système de gouvernance limitera de manière significative la capacité de tout gouvernement (…) d’interférer dans le travail du média public», ont abondé RSF et d’autres signataires dans un communiqué, jugeant le cadre législatif actuel «dépassé».