L’Imperial College de Londres et le géant des télécoms Huawei confirment un partenariat controversé

146

L’Imperial College de Londres et le géant des télécoms Huawei ont confirmé mardi un partenariat d’un montant de 5 millions de livres qui verra le groupe chinois financer un nouveau pôle technologique, ce qui faisait grincer des dents au Royaume-Uni. L’université et l’équipementier télécoms, qui collabore déjà depuis près d’une décennie, ont souligné dans un communiqué commun que ce partenariat était noué pour cinq ans. Imperial College a précisé que le montant de ce partenariat s’élevait à 5 millions de livres au profit de l’université. Huawei va fournir le réseau sans fil 5G et une plateforme en ligne d’intelligence artificielle sur un campus londonien de l’Imperial College afin d’aider les travaux d’un pôle technologique. «Nous sommes ravis de fournir nos technologies de premier plan dans le monde et nos expériences à un partenaire académique afin d’aider l’innovation», a déclaré Victor Zhang, vice-président de Huawei et à la tête du bureau londonien de l’équipementier.De son côté, Ian Walmsley, le doyen de l’Imperial College, s’est réjoui du partenariat avec Huawei. «L’expertise de Huawei dans la technologie sans fil va aider nos chercheurs, nos étudiants et nos entreprises partenaires à mener la prochaine génération d’innovations numériques», selon lui. Ce partenariat, révélé par la presse britannique au cours du week-end, a suscité l’ire de certains députés, d’autant que l’Imperial College fait partie des deux «pionniers» britanniques dans la recherche d’un vaccin contre le nouveau coronavirus. Des parlementaires conservateurs s’étaient déjà élevés contre la décision du Premier ministre Boris Johnson d’autoriser une participation limitée du géant chinois au développement du réseau mobile 5G au Royaume-Uni, sur fond de crainte d’espionnage par l’État chinois. Ce choix avait aussi jeté un froid diplomatique avec le gouvernement américain.