L’iPhone, vache à lait pour Apple

422

L’iPhone confirme son rôle de vache à lait pour Apple dont il a dopé les résultats sur le trimestre et l’année comptable terminée fin septembre, compensant la perte de vitesse d’un autre produit vedette, la tablette iPad.
Le groupe informatique américain a publié lundi un bénéfice net annuel en hausse de 6,7% à 39,5 milliards de dollars. La progression atteint même 13% à 8,5 milliards de dollars sur le dernier trimestre où le résultat par action, la référence à Wall Street, a dépassé de 11 cents la prévision moyenne des analystes à 1,42 dollar. «Entraînés par le lancement de l’iPhone 6 et 6 Plus, et une forte demande pour nos précédents modèles, nous avons battu un nouveau record pour un 4ème trimestre pour l’iPhone», s’est félicité le DG, Tim Cook, lors d’une téléconférence avec des analystes. Apple a écoulé sur les 3 derniers mois 39,27 millions de smartphones, soit 16% de plus qu’un an auparavant, et mieux que ce qu’espérait le marché. Ses plus grands iPhone 6 et 6 Plus, mis en rayons à la toute fin du trimestre le 19 septembre, s’étaient notamment vendus à plus de 10 millions d’exemplaires sur les 3 premiers jours. Et Tim Cook évoque une demande forte «dans toutes les régions» et un carnet de commandes bien rempli à la fin septembre. Ces performances tranchent avec l’avertissement sur résultats émis début octobre par le rival sud-coréen Samsung, qui s’attend à un plongeon de plus de 60% de son bénéfice d’exploitation au 3T, car ses marges baissent dans les smartphones. Apple profite lui d’une hausse de ses prix moyens de ventes, qui a contribué à améliorer la marge brute de l’ensemble du groupe à 38% sur le trimestre, contre 37% il y a un an. L’autre bonne surprise, c’est l’ordinateur Mac, qui enregistre selon Tim Cook sa meilleure part de marché trimestrielle depuis 1995: ses ventes ont grimpé de 21% sur un an à 5,52 millions d’unités. Le directeur financier Luca Maestri a jugé cette progression «vraiment remarquable» vu la crise qui perdure sur le marché des ordinateurs traditionnels. L’iPad en revanche n’est pas épargné par l’essoufflement de la croissance sur le marché des tablettes: ses ventes trimestrielles ont reculé plus que prévu, de 13% sur un an à 12,32 millions d’unités. M. Maestri a invoqué des réductions de stocks avant un rafraîchissement de la gamme intervenu la semaine passée. «Ce n’est pas un marché saturé», a affirmé Tim Cook, comparant le coup de frein actuel à «un petit obstacle, pas un énorme problème», même s’il reconnaît des phénomènes de «cannibalisation» par d’autres produits du groupe comme le Mac ou l’iPhone.
Tous produits confondus, Apple a augmenté son c.a. de 7% à 182,8 milliards de dollars sur l’ensemble de son exercice, et de 12% à 42,1 milliards au 4T, dépassant de plus de 2 milliards le consensus du marché. Pour les 3 mois entamés fin septembre, qui recouvre les importantes ventes de fin d’année, le groupe anticipe des revenus entre 63,5 et 66,5 milliards de dollars. Les analystes visaient jusqu’ici le bas de cette fourchette. Ils mettent aussi beaucoup d’espoirs dans les nouveaux produits annoncés récemment, comme le service de paiements mobiles Apple Pay, qui a démarré ce lundi aux Etats-Unis, ou la montre connectée Apple Watch promise pour l’an prochain. La banque Barclays souligne dans une note que ces nouveaux téléphones plus grands positionnent mieux Apple pour rivaliser avec les autres fabricants, notamment Samsung.