M. FIELD (France Télévisions) : «L’arrivée de Culturebox nous a fait redessiner toute la cartographie de notre offre culturelle»

131

Un été de culture sur France Télévisions. Spectacles, musiques, captations, le service public accentue le trait sur sa programmation estivale qui devrait d’ailleurs imprégner la grille de rentrée. Entretien avec Michel FIELD, Directeur de l’Unité Culture et Spectacle Vivant de France Télévisions.

media+

Comment avez-vous construit l’offre culturelle de France Télévisions cet été?

Michel FIELD

Engagé pour la culture pour tous, France Télévisions soutient la création artistique sous toutes ses formes. Du 2 au 9 juillet, Montpellier a accueilli un plateau d’artistes confirmés mais aussi de jeunes talents sur l’esplanade du Peyrou pour 4 soirées qui seront diffusées sur les antennes de France 2 et Culturebox au mois d’août. Nous profitons de la venue de la nouvelle scène française pour capter des concerts solo d’une heure qui viendront alimenter Culturebox. Le 29 juillet en Prime, France 2 proposera «Africa, le grand concert», une soirée au rythme des musiques africaines. Il est de tradition que l’on couvre aussi le festival d’Avignon. Ce vendredi 9 juillet à 20h50, France 5 propose deux spectacles : «Je ne cours pas, je vole !» (20h50), suivi de «La Cerisaie» (22h20), une pièce retransmise en direct depuis la Cour d’honneur du Palais des papes. Petit détour ensuite aux Chorégies d’Orange pour une soirée Roberto Alagna le 16 juillet avec un documentaire suivi de l’opéra «Samson et Dalida». Fin juillet, nous capterons une mise en scène symphonique de musiques de jeux vidéo.

media+

La case «spectacle vivant» de France 5 réalise parfois des audiences fluctuantes…

Michel FIELD

Il y a en effet de grosses fluctuations d’un spectacle à l’autre. Par avance, nous savons qu’une proposition haut de gamme ne va pas nécessairement rencontrer l’audience moyenne de la case. Pour autant, nous le diffusons quand même par souci d’exposition. Tous les arts doivent être représentés sur le service public. Il faut juste savoir équilibrer les programmations. Quand nous proposons du cirque, l’écoute conjointe parents-enfants est au rendez-vous avec près de 700.000 téléspectateurs. Si nous programmons du théâtre «un peu hard», nous tablerons autour de 300.000 curieux, et lorsqu’on diffuse «La Dame de chez Maxim», on avoisine le million sur France 5. 

media+

Pourquoi maintenez-vous «Le Grand Échiquier» sur France 3 ?

Michel FIELD

L’arrivée de Culturebox nous a fait redessiner toute la cartographie de notre offre culturelle avec une ambition de maintenir notre offensive en la matière et de satisfaire tous nos publics sur toutes nos antennes. C’est ainsi qu’après le passage de «Fauteuil d’Orchestre» sur France 5 avec Anne Sinclair dans une formule renouvelée, nous avons proposé à Claire Chazal de reprendre «Le Grand Échiquier» sur France 3 avec une redéfinition de l’émission.

media+

Quelles perspectives pour la rentrée ?

Michel FIELD

L’ambition est de maintenir une couverture traditionnelle de la culture sur les antennes avec des rendez-vous comme «Le Concert de Paris» et son feu d’artifice le 14 juillet sur France 2. En parallèle, on doit sans cesse être dans l’innovation, aux côtés de la jeune scène. On prépare activement les 400 ans de la disparition de Molière la saison prochaine. On discute avec la Comédie française mais aussi de très jeunes troupes qui proposeront des interprétations un peu rock’n’roll. Pendant le confinement, nous avons profité que les salles étaient vides pour proposer à des réalisateurs et metteurs en scène de filmer comme ils l’entendaient des pièces. Trois créateurs ont été sollicités : Jacques Weber, Arnaud Desplechin et Christophe Honoré qui proposeront chacun un film de théâtre. Cette initiative artistique, visible fin 2021 sur France 5, s’inscrit dans la volonté de renouveler les captations théâtrales. Quant à «C ce soir» lancé quotidiennement en janvier dernier, elle jouera un rôle important en année présidentielle. Nous traiterons de cette période de façon non politique grâce à la qualité de débats entre penseurs, sociologues et philosophes.