M. PORRI (Winamax) : «Nous visons constamment à enrichir notre contenu audiovisuel»

216

Winamax, toujours au plus près du divertissement. Accompagnée par la société de production Dreamspark (Moe Bennani), la plateforme N°1 du poker et des paris sportifs en France vient de lancer un nouveau format YouTube très ambitieux «Poker Society», un mix entre «Squid Game» et une partie de poker nouvelle génération. A cette occasion, nous nous sommes entretenus avec Mathieu PORRI, Directeur de la communication de Winamax.

Comment se positionne Winamax sur la production de contenus audiovisuels ?

Depuis des années, nous produisons des contenus à destination de nos communautés de joueurs de poker ou de paris sportifs. Nous avons monté Winamax TV, une chaîne YouTube sur laquelle nous diffusons quotidiennement des programmes enrichissants liés aux activités majeures de notre site. Nos contenus sont principalement concentrés sur le poker, ciblant une audience déjà familière avec une approche spécialisée. Un exemple emblématique est notre émission «Dans la tête d’un pro», qui offre un aperçu du parcours d’un joueur de poker professionnel dans un tournoi. Marquant une première dans l’histoire de Winamax, nous lançons «Poker Society», un nouveau format conçu pour initier les néophytes au poker. Ce programme vise à divertir et à éduquer ceux qui n’ont pas d’intérêt préalable pour le poker, en leur dévoilant l’aspect stratégique fascinant du jeu.

Disponible sur la chaîne YouTube de Winamax «Poker Society» (12X40’) est un format original de divertissement dont le standard de qualité est digne d’une grosse plateforme de streaming. Comment l’émission a-t-elle été imaginée ?

Dans le cadre mystérieux d’un hangar désaffecté, dix artistes et créateurs de contenu, cumulant plus de 50 millions de followers sur les réseaux sociaux, s’affrontent dans un tournoi de poker inédit, avec à la clé, 100 000 €. Cette compétition mêle habilement jeu de stratégie et poker. Le programme est conçu pour mettre à l’épreuve l’intelligence tactique, le sang-froid, et les compétences en bluff de chaque participant. Les players s’affrontent lors d’épreuves physiques et psychologiques pour gagner des avantages stratégiques avant de s’affronter lors de tables de poker. Et le gagnant de chaque table a le pouvoir d’éliminer l’un de ses adversaires. Avec des enjeux élevés et des retournements de situation garantis, les alliances se forment et se brisent au gré des épisodes, chaque décision pouvant être cruciale pour éviter l’élimination et se qualifier pour la table finale. Dans cette ultime confrontation, les quatre meilleurs joueurs se disputeront le grand prix de 100 000 €.

Quel est l’objectif prioritaire de ce genre d’investissement audiovisuel ?

On a très peu d’objectifs chiffrés. Notre analyse reposera sur deux principaux aspects : un regard sur la volumétrie et une écoute attentive de la qualité des retours. Cette évaluation s’applique autant à la communauté des joueurs de poker, même si le contenu n’est pas spécifiquement destiné à eux, qu’aux personnes ayant un intérêt pour les jeux de stratégie et de prise de risque. Notre but est de comprendre comment ces deux typologies de joueurs perçoivent et interagissent avec notre programme.

Acteur du jeu en ligne, Winamax tend à devenir un véritable média. Ce virage a-t-il été accentué ?

Ce virage, nous l’avons pris il y a bien longtemps déjà. Nous avons d’abord adopté une orientation digitale centrée sur des communautés. Et bien que les tentatives pour accroître la visibilité du poker aient été nombreuses, elles se sont raréfiées dans les médias traditionnels ces dernières années, soulignant la nécessité d’un support médiatique continu. De fait, nous organisons une multitude d’événements liés au poker, ce qui nous permet de générer du contenu adapté à tous les amateurs, allant des experts aux novices. Pour ce faire, nous collaborons depuis plusieurs années avec le groupe M6 pour produire l’émission «100% Poker», diffusée chaque dimanche à 11h50 et présentée par Erika Moulet, qui couvre l’actualité du poker et les grands tournois internationaux. Nous proposons également un programme court tel que «La Story Poker», diffusé quotidiennement sur M6 et W9, offrant ainsi une porte d’entrée à cet univers.

Vers une montée en puissance des contenus audiovisuels sur Winamax ?

Nous visons constamment à enrichir notre contenu pour offrir un regard neuf sur nos disciplines. Charge à nous de trouver la bonne idée et les bons producteurs. Winamax représente 65% du marché du poker en ligne et environ 35% sur les paris sportifs. Cela nous donne une responsabilité vis-à-vis de notre communauté.

Et créer des programmes autour des paris sportifs ?

Nous le faisons en ligne via YouTube. «Mandale» par exemple est le rendez-vous des fans de MMA avant et après chaque évènement de l’UFC, avec des débats passionnés sur les affiches majeures des sports de combat. On a la même chose sur le basket, le tennis, le football… Dans le domaine du divertissement, notre priorité a toujours été de répondre aux attentes de notre communauté.

Avez-vous déjà pensé lancer une chaîne FAST ?

Non, il ne faut pas se tromper de métier. Notre objectif est de fournir des solutions de jeux. Et dans l’accompagnement de ces solutions de jeux, nous avons besoin de créer du contenu avec différentes typologies de clients : de très gros joueurs en attente d’expertise et à l’inverse des novices qui découvrent ces activités.

Et la notion de jeux responsables ?

Elle est très importante chez nous. Nous intégrons des actions de prévention dans toutes nos initiatives afin d’encourager les gens à gérer leur argent prudemment. Winamax a d’ailleurs initié la «Semaine du Jeu Responsable» il y a deux ans, afin de partager les bonnes pratiques auprès des joueurs. Le jeu d’argent n’est pas un jeu comme les autres. Il doit être considéré comme une dépense. Et qu’il gagne ou qu’il perde, il est primordial que le joueur considère avant tout le jeu comme un divertissement.