Moins d’argent pour la fiction, genre-roi de la télévision

    168

    Les investissements des chaînes dans la fiction télévisée ont baissé de 6% en 2007 par rapport à 2006, même si ce genre de programme reste le favori des téléspectateurs français, selon une étude de l’agence spécialisée NPA Conseil. Cette étude est publiée à la veille de l’ouverture mercredi à La Rochelle (Charente-Maritime) du dixième festival de la fiction TV, dont NPA Conseil est partenaire. Selon le centre national de la Cinématographie (CNC), l’ensemble des chaînes -hertziennes, de la TNT, du câble et du satellite- ont dépensé 487,3 millions d’euros en 2007 dans la production d’oeuvres de fiction (contre 518,4 en 2006). Les investissements de TF1 et Canal+ sont en progression, tandis que les crédits sont en baisse à France 2 et surtout à M6, où ils diminuent de moitié entre 2006 et 2007. Avec 160 millions d’euros, TF1 devient le premier producteur de fiction télévisée en investissements, talonné par France 2 (158 millions d’euros) qui était en tête précédemment. Les investissements de Canal+ (43 millions d’euros, en hausse de 33%) représentent plus du double de ceux de M6 (21 millions d’euros). Ceux des chaînes du câble et du satellite, ainsi que ceux des nouveaux entrants de la télévision numérique terrestre (TNT) restent confidentiels (4 millions d’euros pour les chaînes du câble et du satellite, 400 000 euros pour celles de la TNT). La fiction TV (séries, téléfilms ou feuilletons) reste pourtant le genre le plus diffusé à la télévision, qu’il s’agisse de programmes français ou de programmes achetées à l’étranger. C’est aussi un genre surconsommé par les téléspectateurs. Alors que la fiction représente en moyenne 18,7% du temps d’antenne dans une journée, le téléspectateur consacre à ce genre de programmes, selon l’institut de mesure d’audience Médiamétrie, 25,2% de son temps de consommation. Cependant, l’offre comme la consommation de fiction télévisée sont en recul sur toutes les chaînes en première partie de soirée. Si l’on considère TF1, France 2, France 3 et M6, l’offre de séries ou de feuilletons français a légèrement diminué en «prime time» entre la saison 2006-2007 et la saison 2007-2008. La série étrangère, surtout américaine, prend de plus en plus de place dans les grilles. L’offre de fiction reste dominée par les fictions policières, mais l’étude relève des différences entre l’offre française et l’offre étrangère. L’offre française, note NPA Conseil, joue sur le réalisme et le quotidien, avec des drames sentimentaux ou sociaux. L’offre étrangère favorise davantage l’évasion, le surnaturel, l’aventure. Elle tend à influencer l’offre française, qui s’inspire des succès américains et n’hésite plus à explorer le thème des fictions médicales ou surnaturelles.