N. VIGNOLLES (SELL) : « Jeux vidéo : l’âge moyen des joueurs réguliers est de 38 ans »

207

Le SELL, Syndicat des Éditeurs de Logiciels de Loisirs révèle les résultats de son étude annuelle «Les Français et le Jeu Vidéo» conduite par Médiamétrie. Détails, chiffres clés et éléments marquants avec Nicolas VIGNOLLES, Délégué général du SELL.

media+

Jamais la France n’a compté autant de joueurs. Comment l’expliquez-vous ?

Nicolas VIGNOLLES

En 2021, le jeu vidéo en France représente 38,29 millions de joueurs. Il y a deux grandes explications à ce pic historique.Nous sommes l’une des rares industries créative et culturelle qui vit assez bien en temps de crise sanitaire. Conjoncturellement, il y a eu un effet confinement que nous avons mesuré. D’un point de vue structurel, notre industrie s’est transformée profondément depuis 10-15 ans. Elle a su se renouveler pour être sur tous les supports avec des jeux qui s’adaptent à tous les âges. C’est ce qui explique son hyper popularité. Il y a des parents de 30, 35 ou 40 ans qui sont les premières générations de papas et mamans ayant une culture de jeux vidéo. Ces derniers s’investissent plus et s’y remettent parfois pour être connectés à leurs enfants.

media+

L’idée selon laquelle le jeu vidéo est essentiellement consommé par les jeunes est donc fausse ?

Nicolas VIGNOLLES

Oui, bien sûr. L’âge moyen chez les joueurs occasionnels est de 39 ans. Chez les joueurs réguliers, il est de 38 ans. Ces données brisent pas mal de stéréotypes. Quand on regarde les 38 millions de Français qui jouent, 88% sont des adultes et 12% des enfants. Ces joueurs réguliers sont à 53% un homme et à 47% une femme. Il faut savoir que le niveau d’engagement est très variable en fonction du jeu : d’un temps de trajet en bus sur son téléphone mobile, à la personne qui a aménagé son appartement pour jouer toute la nuit. Autre donnée importante, quand on joue aux jeux vidéo, on ne se coupe pas des autres activités culturelles. Au contraire, la consommation de la culture des joueurs est supérieure à la moyenne des Français : ils vont par exemple 5% de plus au théâtre et 6% de plus au cinéma. 61% des joueuses et joueurs (+ 9 pts) considèrent que le jeu vidéo permet de créer du lien social.

media+

Dans quelle mesure la pratique des jeux vidéo s’intensifie-t-elle ?

Nicolas VIGNOLLES

Non seulement l’hyper popularité des jeux s’est confirmée en 2021, mais nous avons aussi fidélisé des gens qui nous avaient rejoints en 2019 et 2020. Sur l’indicateur des joueurs réguliers, on est passé de 52 à 58% de Français qui se déclarent joueurs réguliers. Cette intensification de la pratique est une volonté de s’engager dans le jeu vidéo. En 2020 et 2021, le niveau de rééquipement en matériel a été crescendo : nouvelle carte graphique pour son PC, console de jeu vidéo dans le salon, etc. Le temps moyen de jeu pour les adultes est de 5,6 heures par semaine, contre 7 heures chez les moins de 18 ans. Le marché français du jeu vidéo à deux caractéristiques : une très bonne résistance des ventes physiques (58%) même si la partie dématérialisée (42%) augmente et l’attachement à la console. 

media+

L’émergence des jeux sur mobile ne biaise-t-il pas les chiffres ?

Nicolas VIGNOLLES

On y voit une occasion incroyable de démocratiser encore plus le jeu vidéo. A mesure que vous avez des supports variés, il y a de plus en plus de Français qui jouent. Les smartphones sont de meilleure qualité. Ce qui fait la force de cette industrie, c’est que le joueur peut commencer une partie dans le bus, la poursuivre chez lui sur la console et la terminer le week-end sur un PC. Depuis 2020, cette évolution du cross-support est la vraie nouvelle ère du jeu vidéo. Les jeux casual (plateaux, cartes, puzzles) sont les plus plébiscités en France. D’ailleurs, quand il y a un niveau d’engagement qui augmente, les jeux d’aventures et de sports se placent assez vite en 2ème ou 3ème position. Les types de jeux disent beaucoup du niveau d’engagement.