Orange: trois profils retenus pour succéder à Stéphane Richard au poste de DG

125

Trois profils ont été retenus par Orange pour succéder à Stéphane Richard, condamné en novembre dans l’affaire Tapie/Crédit Lyonnais, au poste de directeur général, a-t-on appris vendredi auprès de sources proches du dossier, confirmant une information du quotidien «Libération». Ramon Fernandez, directeur général délégué d’Orange, Christel Heydemann, présidente de Schneider Electric France et membre du CA d’Orange, et Frank Boulben, responsable des ventes de l’opérateur américain Verizon, ont été retenus par le comité de sélection interne du groupe. A la tête de l’opérateur historique depuis 2011, Stéphane Richard, qui cumule les postes de président et DG, doit quitter ses fonctions au 31 janvier au plus tard, alors que son mandat courait jusqu’à mi-2022. Cette période de quelques semaines doit laisser le temps de sélectionner les candidats pour prendre son relais et acter la mise en place de la nouvelle gouvernance de l’entreprise, sur laquelle l’Etat, premier actionnaire avec plus de 20% du capital, a son mot à dire. Un scénario étudié depuis plusieurs mois est quasi certain: la dissociation des fonctions de président et DG pour le prochain mandat. Plusieurs groupes dont l’Etat est actionnaire ont mis en place une telle gouvernance, comme Renault, après le départ de Carlos Ghosn, ou Engie, où Gérard Mestrallet est passé en 2016 de PDG à président non exécutif. Selon plusieurs médias, cette liste de trois candidats n’emballerait toutefois ni Bercy, ni l’Elysée qui pourraient demander à chercher «d’autres profils» et repousser la date butoir du 31 janvier. Ce qui permettrait à Stéphane Richard de rester en poste quelques semaines de plus. Bercy n’a pas fait de commentaires sur ce sujet. Présent dans 26 pays dans le monde, Orange est un mastodonte qui emploie plus 140.000 salariés, dont plus de 80.000 en France, et a réalisé un c.a de 42,27 milliards d’euros en 2020. Stéphane Richard, à l’époque directeur de cabinet de la ministre de l’Economie Christine Lagarde, a été reconnu coupable en novembre de complicité de détournement de biens publics dans l’affaire de l’arbitrage controversé rendu en 2008 entre l’homme d’affaires Bernard Tapie, depuis décédé, et le Crédit Lyonnais.