P. GARONNAIRE / G. HAFNER (MYM) : «Notre ambition est de faire de MYM une plateforme mondiale»

211

Première plateforme française et européenne pour les créateurs de contenus qui souhaitent vivre de leur passion, MYM a été créée en 2019 par Pierre GARONNAIRE et Gaspard HAFNER. Leur plateforme compte aujourd’hui 15 millions d’utilisateurs et 500.000 créateurs de contenus. Rencontre. 

En 5 ans d’existence, MYM a acquis une notoriété assez fulgurante. Exact ? 

Gaspard HAFNER : Oui, absolument ! Tout est allé très vite ! Le lancement de notre plateforme juste avant la pandémie de Covid a été un facteur clé de notre succès. L’entrepreneuriat implique souvent une part de chance, et cette situation nous a réellement avantagés. Durant la crise, les créateurs cherchaient de nouvelles façons de monétiser leur contenu, leur audience et leur talent. MYM a rapidement gagné en popularité, car bien que les plateformes dédiées à l’économie des créateurs soient répandues en Amérique du Nord, elles étaient encore peu connues en France. Nous avons connu une forte croissance les premières années, ce qui explique pourquoi 80% de notre activité se trouve en France, et nous aspirons à devenir une plateforme mondiale. Au début, nous étions seulement deux à gérer l’entreprise, car nous ne souhaitions pas encore assumer des rôles de management. Cependant, à mesure que notre plateforme prenait de l’importance, nous avons transformé notre start-up en une société structurée et avons recruté 60 personnes à Paris.

Quels sont les principaux marchés internationaux que vous ciblez pour élargir la portée de MYM ?

Pierre GARONNAIRE : Pour 2025, nous envisageons de cibler principalement les États-Unis, un marché exigeant qui nécessite une approche robuste, d’importants investissements et une préparation minutieuse. Nous prévoyons également de développer des segments spécifiques que nous avons identifiés : le fitness, l’e-learning et le secteur de l’influence. En Europe, nos efforts se concentreront sur l’Allemagne et le Royaume-Uni, qui sont des marchés clés avec un fort potentiel d’attraction. La question d’ouvrir des bureaux locaux n’est pas encore à l’ordre du jour mais se posera en temps voulu. L’avantage en Europe est que nous partageons des fuseaux horaires et des cultures similaires, ce qui facilite les opérations. Actuellement, nous nous attaquons à de nouvelles niches de création de contenus, notamment les arts divinatoires, un domaine qui représente un grand défi pour nous.

Quel genre de défis ?  

Gaspard HAFNER : Nous avons développé notre plateforme afin d’offrir la possibilité d’organiser des sessions en direct «one to one», permettant aux utilisateurs de réserver des consultations en fonction du calendrier et des disponibilités de chaque créateur. Les arts divinatoires servent de tremplin pour introduire d’autres domaines tels que le fitness, le yoga et l’e-learning. Notre objectif est également de permettre aux créateurs de tenir des conférences en groupe ou en tête-à-tête. En résumé, l’expansion vers de nouvelles verticales nécessite le développement de nouvelles fonctionnalités. Notre vision est de créer une plateforme universelle qui serve de solution de monétisation tout-en-un pour nos créateurs de contenus.

Comment MYM se distingue-t-elle des autres plateformes de contenus pour les créateurs ?

Pierre GARONNAIRE :  Avec cinq ans d’expérience, nous sommes des pionniers dans l’industrie de l’économie des créateurs (aussi appelée Creator Economy) et nous bénéficions d’une longueur d’avance notable. Contrairement à certaines entreprises qui se sont spécialisées dans des niches spécifiques, nous avons opté pour une approche universelle, sans barrières à l’entrée. Un de nos principaux avantages concurrentiels est que nous redistribuons en moyenne 80% des revenus générés aux créateurs, ce qui nous distingue nettement sur le marché. La sécurité a été une priorité absolue dès le début de notre activité. Aujourd’hui, nous sommes reconnus comme l’une des plateformes les plus sûres disponibles. Nous comptons actuellement 15 millions d’utilisateurs, ce qui témoigne de la confiance et de l’efficacité de notre plateforme.

Comment vous assurez-vous que la structure tarifaire de MYM est attrayante et rentable pour les créateurs de contenus tout en étant abordable pour les utilisateurs ?

Gaspard HAFNER : Notre plateforme offre deux niveaux d’engagement pour les utilisateurs. Le premier est basé sur un modèle d’abonnement : les créateurs publient des contenus exclusifs. Les utilisateurs s’abonnent alors et paient mensuellement pour accéder aux contenus de chaque créateur. Le deuxième niveau d’engagement est le paiement one shot (pay-per-view). Ce modèle permet aux utilisateurs d’accéder à des contenus spécifiques à la demande, incluant des sessions en direct en tête-à-tête et des contenus personnalisés, moyennant un paiement unique par contenu visualisé. Ce système offre une flexibilité maximale aux utilisateurs qui souhaitent consommer du contenu spécifique sans engagement à long terme.

Quels mécanismes utilisez-vous pour maintenir l’engagement et la fidélité des utilisateurs de MYM ?

Pierre GARONNAIRE : Nous disposons d’une équipe CRM qui met en œuvre des stratégies de relance tels que l’envoi de newsletters et la création de communautés sur WhatsApp, qui facilitent le réengagement des utilisateurs et des créateurs. Nous investissons également dans des campagnes de retargeting sur des plateformes comme Meta, TikTok et Snapchat pour maintenir notre visibilité. En outre, nous utilisons des codes promotionnels pour encourager la découverte de nouveaux contenus ou le réengagement des utilisateurs existants. À l’intérieur de notre plateforme, nous avons mis en place diverses petites mécaniques CRM, telles que l’intégration de bandeaux publicitaires qui interagissent directement avec les utilisateurs. Pour la fidélisation, ce sont souvent les créateurs eux-mêmes qui gèrent leur audience, en cultivant des relations durables avec leurs abonnés. Actuellement, notre plateforme compte 500 000 créateurs et 15 millions d’utilisateurs.

MYM est également contenu pour ses «contenus adulte». Est-ce problématique ? 

Gaspard HAFNER : Lors du lancement de notre plateforme, nous n’avions initialement pas prévu d’inclure du contenu pour adultes. Cependant, étant donné la présence généralisée de ce type de contenu sur d’autres plateformes et réseaux, nous avons décidé de l’accepter tout en l’encadrant de manière stricte via différents processus de sécurité. On sait aussi que ce monde-là s’empare des nouveaux marchés comme le minitel à l’époque.

Quelle est la vision stratégique à long terme de MYM ?

Pierre GARONNAIRE : Notre ambition est de faire de MYM une plateforme mondiale pour tous les types de créateurs, mais aussi un outil marketing pour piloter son business en toute autonomie. Nous avons l’ambition forte d’être un acteur mondial dans cette nouvelle économie. En ce début d’année 2024, il y a beaucoup de sujets de sécurité et notamment de contrôles d’âge, nous collaborons régulièrement avec le gouvernement et testons de nouvelles solutions.