V. LUCIANI (Artefact) : «L’IA peut réellement devenir un moteur de développement artistique»

149

Alors que l’IA poursuit son développement, Artefact, acteur français devenu une référence internationale de l’intelligence artificielle, s’unit à mk2 pour créer l’Artefact AI Film Festival. L’occasion pour media+ d’évoquer cet événement avec Vincent LUCIANI, cofondateur et CEO d’Artefact.

media+

L’agence Artefact lance l’Artefact AI Film Festival. Que représente cet événement?

Vincent LUCIANI

L’Artefact AI Film Festival symbolise une convergence entre l’intelligence artificielle et l’industrie du cinéma. En collaborant avec mk2 et créant ce festival, nous voulons mettre en lumière les possibilités créatives qu’offre l’IA et encourager l’exploration et l’expérimentation de ces nouvelles formes d’expression artistique. C’est pour nous une tribune à l’innovation et à la création qui a pour vocation d’engager le grand public !

media+

Pour les candidats, quelles sont les étapes à suivre ?

Vincent LUCIANI

Les candidats doivent suivre plusieurs étapes pour participer au festival. Dans un premier temps, ils doivent soumettre leurs courts-métrages avant le 1er octobre via le site officiel du festival, en respectant le thème «Réalités», qui les invite à explorer les changements structurels que nous rencontrons à l’ère des avancées technologiques. Il y a aussi des prérequis sur le format qui ne devra pas excéder 314 secondes et l’utilisation de plusieurs outils d’intelligence artificielle au cours de leur processus créatif. Nous annoncerons ensuite les 20 finalistes présélectionnés en octobre 2024, et soumettrons leur création au vote du grand public. Les prix seront annoncés le 18 novembre après délibération des jurés.

media+

Comment se compose le jury ?

Vincent LUCIANI

Le jury est à la fois constitué d’experts de l’intelligence artificielle, comme Artefact, mais aussi du cinéma avec la présence précieuse de mk2, le tout présidé par une pointure du cinéma et l’innovation dans l’industrie : le réalisateur et scénariste Jean-Pierre Jeunet. Notre souhait était de regrouper un panel prestigieux qui reflète l’engagement du festival à valoriser la rencontre entre nouvelles technologies et créativité cinématographique.

media+

Quels sont les prix mis en jeu ?

Vincent LUCIANI

Nous remettrons quatre Grand Prix à l’issue du festival : le Grand Prix, le Prix Artefact, le Prix du Jury et le Prix du Public. Les prix vont de 1.000€ à 10.000€ dont une aide au développement et à la production de leur prochain film. Chaque prix a des critères bien précis, le Prix Artefact, par exemple, prend en compte l’excellence technique sur le plan de l’utilisation de l’IA, alors que le Prix du Jury se concentrera plus sur la qualité cinématographique du court-métrage. Ce qui est important pour nous c’est de récompenser et encourager, au-delà du festival, l’expérimentation de nouveaux outils d’intelligence artificielle au service de la création. La technique est donc un volet aussi important que la vision et l’interprétation du thème par les participants.

media+

En quoi l’IA peut-elle, ou non, être un facteur de développement artistique ?

Vincent LUCIANI

L’IA peut réellement devenir un moteur de développement artistique en facilitant certains aspects techniques et en suscitant une véritable révolution dans l’innovation artistique. Dans la façon dont on conçoit l’intelligence artificielle, elle a vocation à servir la création et aider les artistes à s’émanciper de certaines contraintes pour aller plus loin dans la concrétisation de leur vision artistique. Nous voyons l’IA comme un moyen pour les jeunes cinéastes d’accéder à des technologies nouvelles, innovantes et de qualité qui vont les aider à produire et à développer leurs œuvres créatives et ce à moindre coût, faisant ainsi tomber les barrières à l’entrée.