Philippines: la journaliste et Nobel de la paix 2021 Maria Ressa en appel devant la Cour suprême

93

La journaliste philippine Maria Ressa, co-lauréate du prix Nobel de la Paix 2021 condamnée pour diffamation en ligne, fera appel devant la Cour suprême du pays pour éviter de purger une longue peine de prison, a annoncé mardi son avocat. Cette journaliste chevronnée, critique virulente de l’ancien président Rodrigo Duterte et de sa guerre meurtrière contre la drogue, lancée en 2016, encourt jusqu’à sept ans de prison pour diffamation en ligne. Maria Ressa, 59 ans, et le journaliste russe Dmitri Mouratov ont reçu le prix Nobel de la Paix en octobre 2021 pour leurs efforts en faveur de «la liberté d’expression».Le travail de la journaliste sur son site d’information Rappler lui a valu ce que les défenseurs de la liberté de la presse considèrent comme une série d’accusations criminelles, d’enquêtes et d’attaques en ligne contre elle et son média. L’affaire va désormais être portée devant la Cour suprême philippine, a annoncé son avocat Ted Te, dans un communiqué. La cour d’appel qui l’avait condamnée en juillet 2022 pour diffamation en ligne, de même que son ancien collègue Rey Santos, a refusé lundi de reconsidérer sa décision. Ce rejet, que l’avocat a qualifié de «décevant», a, selon lui, «ignoré tous les principes fondamentaux du droit pénal et constitutionnel, ainsi que les éléments fournis». Les deux journalistes Maria Ressa et Rey Santos, condamnés en première instance en 2020, «vont porter ces questions devant la Cour suprême» à laquelle «nous demanderons de réexaminer et de renverser» l’arrêt de la cour d’appel, a ajouté Ted Te. La récente décision judiciaire sonne comme «un rappel de l’importance du journalisme indépendant qui oblige le pouvoir à rendre des comptes», a déclaré la journaliste. «Malgré ces attaques virulentes (venant) de toutes parts, nous continuons à nous concentrer sur ce que nous faisons le mieux: le journalisme», a-t-elle affirmé dans un communiqué. Dans sa décision, la Cour d’appel a considéré la demande de réexamen comme «non fondée» car les questions soulevées avaient «déjà été résolues et discutées de manière exhaustive». L’ancienne correspondante de la chaîne américaine CNN, qui est également une citoyenne américaine, fait l’objet de sept poursuites judiciaires dont celle pour cybercriminalité, pour laquelle elle a été libérée sous caution et encourt sept ans de prison. La loi controversée sur la cybercriminalité, qui date de 2012, année de la création de Rappler, réprime la diffamation en ligne mais aussi le harcèlement ou la pédopornographie. Rappler, qui fait également l’objet de multiples poursuites, s’est battu pour ne pas fermer après avoir été accusé d’avoir enfreint la loi interdisant à des intérêts étrangers de détenir des médias. En juin, quelques jours avant la fin de la présidence de M. Duterte, la Commission philippine des valeurs mobilières et des changes a ordonné la fermeture du site pour avoir violé «les restrictions constitutionnelles et légales sur la propriété étrangère dans les médias». Rappler conteste cette décision. Mais l’avenir du site et les chances de remporter un combat judiciaire sont incertains, dans un pays où le système juridique est hautement politisé. Le nouveau président philippin Ferdinand Marcos, qui a succédé à M. Duterte, le 30 juin, a donné peu d’indications sur ce qu’il pense des médias en général et de Rappler en particulier. Dans un récent discours, il a déclaré qu’il croyait en «l’importance de faire respecter le droit universel de la liberté d’expression et de la liberté de la presse, ainsi que de donner et de recevoir des informations exactes». Mais les militants redoutent que sous sa présidence la situation des droits humains et de la liberté d’expression ne s’aggrave.