Prime Video, AnimFrance, le SATEV, le SEDPA, le SPI, l’USPA et la SACD signent un accord interprofessionnel

300

Prime Video, AnimFrance, le SATEV, le SEDPA, le SPI, l’USPA  et la SACD annoncent la signature du premier accord interprofessionnel engageant l’éditeur de service Prime Video. Cet accord traduit la vision partagée des parties en faveur de la diversité, du renouvellement et du rayonnement de la création audiovisuelle française. Conclu pour une durée initiale de quatre ans, l’accord a vocation à être repris dans la convention bipartite entre Prime Video et l’ARCOM – laquelle établit les obligations d’investissement de Prime Video dans la production audiovisuelle française. L’accord interprofessionnel consacre les engagements volontaires suivants:

– Diversité : Prime Video s’engage à soutenir la diversité des genres audiovisuels – documentaire de création, spectacle vivant et animation – en augmentant à un minimum de 13% son obligation d’investissement dans ces types d’oeuvres, au lieu des 6% prévus actuellement. Au moins 85% de ces investissements devront être réalisés dans des oeuvres d’expression originale française. Prime Video s’engage notamment à soutenir la production d’oeuvres d’animation française à hauteur de 5% minimum de son obligation d’investissement et porte de 3 à 5% son engagement dans la production d’œuvres documentaires;

– Œuvres d’expression originale française et œuvres patrimoniales : Prime Video s’engage à réaliser 85% de son obligation d’investissement dans des œuvres d’expression originale française, et 100% de son obligation dans des œuvres dites «patrimoniales», au lieu respectivement des 75% et 95% actuels ;

– Production indépendante : Prime Video s’engage à porter à  70% de son obligation d’investissement dans la création audiovisuelle la part des investissements consacrée aux œuvres relevant de la production dite «indépendante», au lieu de 66% actuellement. Prime Video s’engage aussi à ce que 100% de son obligation dans la diversité soit réalisée dans des oeuvres «indépendantes» ;

– Responsabilité sociétale et environnementale : Les organisations professionnelles signataires s’engagent quant à elles à promouvoir la parité et la lutte contre toutes les discriminations au sein de l’industrie audiovisuelle, à favoriser la transition environnementale du secteur de la production, et à faciliter la mise en œuvre de l’accessibilité de toutes les œuvres audiovisuelles aux personnes malvoyantes et malentendantes. «Un an après la signature de notre convention avec l’ARCOM, cet accord marque une étape essentielle de notre processus d’intégration dans l’industrie audiovisuelle française. Prime Video confirme son engagement pour la diversité de la création, renforce son ancrage en France et continue de bâtir la confiance avec ses partenaires français. Notre objectif reste d’offrir à nos abonnés le meilleur de la création française. Je suis particulièrement fière qu’il s’agisse du premier accord inter-professionnel de ce type à intégrer des engagements en faveur de la parité et de la lutte contre toutes les discriminations au sein de notre industrie», délcare Brigitte Ricou-Bellan, Présidente de Prime Video France. «Par cet accord, Prime Video confirme son ouverture éditoriale et sa disposition à s’affirmer comme partenaire privilégié de la production audiovisuelle patrimoniale française. Au nom des organisations professionnelles signataires, nous saluons les engagements volontaires de Prime Video en faveur de l’indépendance, de la création d’expression française et de la diversité des genres. (…)», ajoutent les Président.e.s des syndicats de producteurs et distributeurs audiovisuels et la SACD.