Prix Reporters d’Espoirs 2019

210

L’ONG Reporters d’Espoirs, pionnière du journalisme de solutions, fêtait ce mardi 28 mai son 15ème anniversaire. A cette occasion, elle a remis les 10e Prix Reporters d’Espoirs. Le Prix Reporters d’Espoirs a distingué plus de 100 lauréats depuis sa création en 2004. Il met à l’honneur les journalistes et innovateurs des médias, pour leurs sujets traités sous l’angle «problème + solution». Ce Prix s’inscrit dans la mission de Reporters d’Espoirs : «témoigner que les journalistes et les médias, en repérant et en diffusant la connaissance d’initiatives porteuses de solutions face aux problèmes de société, favorisent leur essaimage et donnent envie d’agir au plus grand nombre», précise l’ONG dans un communiqué. Les lauréats du Prix Reporters d’Espoirs 2019 sont :

Lauréat du Prix «Les Médias en actions» : Jean-Pierre Pernaut et l’équipe du 13h de TF1 pour «SOS Villages». Ce Prix distingue un média qui, au-delà de son statut d’observateur, favorise la mise en mouvement des citoyens pour contribuer à résoudre un problème concret. C’est le cas de «SOS Villages», opération créée en 1994 dans le JT de 13h, pour mettre en relation commerçants et artisans avec des repreneurs potentiels, afin de contribuer à lutter contre la désertification des espaces ruraux.

Lauréat du Prix Radio «La Voix des solutions» : Denis Cheissoux, journaliste à France Inter. Le jury a choisi cette année de distinguer en plus de la qualité de son travail, l’engagement dans la durée d’un journaliste, qui donne de la voix depuis de nombreuses années à des initiatives, dans ses émissions et chroniques. C’est le cas de Denis Cheissoux qui officie depuis plus de 30 ans sur les questions écologiques sur l’antenne de France Inter. Il a fait de Co2 mon amour «l’émission qui rapproche les hommes en nous rapprochant de la nature».

Lauréat du Prix Presse écrite : Marc de Miramon pour son reportage «La culture berbère contre l’(in)culture barbare» paru dans «L’Humanité Dimanche». La sélection presse écrite porte cette année sur des reportages dans des pays en développement -en proie à des problèmes aussi différents que terrorisme, braconnage, pollution, pauvreté…- dans lesquels des populations s’organisent pour faire face et mettre en place des réponses à leurs difficultés. Marc de Miramon nous fait découvrir Semmama, un lieu culturel situé au cœur de la région pauvre et montagneuse de Kasserine. Dans un secteur confronté à des groupes islamistes, cet îlot parie sur la transmission pour endiguer le terrorisme.

Lauréat du Prix Télévision : Laura Kalmus et Maxence Peigné pour leur reportage «La Finlande loge ses sans-abris» diffusé dans le JT de France 2. Thématique retenue pour la catégorie télévision cette année : «L’Europe des solutions». Ont été sélectionnés des reportages diffusés dans les journaux télévisés, qui mettent la lumière sur des villes et pays d’Europe relevant concrètement des défis de société : santé, sans-abris, émissions de C02, etc. Le reportage de Laura Kalmus et Maxence Peigné s’intéresse à la Finlande qui se donne pour objectif de reloger tous les sans-abris, sans exception. Le nombre de SDF a été réduit de moitié, et les autorités estiment que reloger les sans-abris revient au final moins cher que de les laisser dans la rue. Reportage sur le terrain, à Helsinki, la capitale du pays.