S. HEMAR (France TV International) : «Les échanges fonctionnent en distanciel entre les distributeurs et les acheteurs»

353

Avec la première édition du Rendez-Vous DOCS que TV France International organise en ligne ce 18 mars, c’est un marché entièrement inédit dédié au documentaire français qui est proposé. Entretien avec Sarah HEMAR, Directrice générale de TV France International.

media+

Qui est à l’initiative du Rendez-vous DOCS ?

Sarah HEMAR

TV France International est à l’initiative de cette opération. Après avoir fait le tour du cadran des événements annulés, nous avons réalisé que les professionnels du documentaire avaient été les premiers impactés. Voilà pourquoi nous avons décidé d’organiser un rendez-vous focus documentaire. L’avantage du digital, c’est que nous sommes un peu plus souples.

media+

Comment accède-t-on au Rendez-vous DOCS ?  Que proposez-vous ? 

Sarah HEMAR

Nous avons mis en place une plateforme numérique dédiée à l’événement www.lerendezvousdocs.tv sur laquelle vous avez accès à des présentations de programmes avec 3 Super Highlights. Des sessions événementialisées de 15 minutes chacune permettent de découvrir de nouveaux documentaires aux acheteurs internationaux. Tout cela est filmé dans les conditions du direct, le tout est suivi d’une session de questions-réponses où la parole sera donnée aux distributeurs, producteurs, réalisateurs, autour d’échanges ponctués d’extraits sur la genèse des programmes, leur singularité, leurs atouts pour séduire les publics. De plus, nous organisons 18 sessions de pitchs de projets répartis en 4 catégories et proposées par 14 sociétés. Enfin, une Screening Room entièrement dédiée à l’opération sur Screenopsis est accessible. Elle permet aux acheteurs de visionner en VOD le meilleur de l’offre documentaire française récente.

media+

Comment TV France International s’est-elle réorganisée avec la crise ?

Sarah HEMAR

Nous sommes l’organisme chargé de la promotion des programmes audiovisuels français dans le monde. Notre mission est de démultiplier les efforts de chaque distributeur par une action collective. Nous sommes un accélérateur de business. Nous voulons faire en sorte que chaque initiative soit renforcée et puisse avoir plus d’écho. Nous avons toujours été un porte-voix, et cela passait par beaucoup d’événementiel et de rencontres physiques. Le curseur s’est déplacé sur la communication pure. On opère Screenopsis, la plus grande base de données sur les programmes français au service de l’export. Les acheteurs peuvent ainsi faire des recherches sur la plateforme. Plusieurs fois dans l’année, nous organisons des «Screens», c’est-à-dire des mini-marchés online thématiques que l’on pousse aux acheteurs concernés. Notre mission n’a pas changé, mais ce sont juste les outils qui ont évolué. Aujourd’hui, avec un an de recul sur la crise, on se rend compte que les échanges fonctionnent en distanciel entre les distributeurs et les acheteurs quand il se connaissent de longue date. En revanche, il est plus compliqué de créer de nouveaux partenariats et d’établir une confiance à distance lorsque les individus ne se connaissent pas.