Taxe sur récepteurs TV: «inéquitable», «contradictoire» pour les industriels

    216

    Le Syndicat des industries de matériels audiovisuels électroniques (Simavelec) a estimé jeudi qu’une taxation sur la vente des récepteurs de télévision, pour financer la suppression de la publicité sur l’audiovisuel public, serait «inéquitable» et «contradictoire».Une source proche du gouvernement a indiqué mercredi soir que cette taxe était «l’une des pistes envisagées». «Cela faisait quelques jours qu’on savait que c’était en discussions à l’Elysée», a expliqué le porte-parole du Simavelec. Le syndicat a demandé à être reçu à l’Elysée avec des représentants de la grande distribution. «Cette taxe semble tout à fait inéquitable parce qu’on va faire payer les consommateurs pour des chaînes qu’ils pourraient ne pas regarder», a estimé le porte-parole. «D’autant plus que les sommes en cause ne sont pas anecdotiques: selon les rumeurs, ce serait aux alentours de 1 à 2% du prix de vente, un pourcentage qui, avec la TVA et la marge de la distribution, peut très vite se retrouver à 3 ou 4%», a-t-il indiqué. Un téléviseur LCD standard coûte en moyenne 775 euros, selon le Simavelec, ce qui entraînerait donc une taxe d’une trentaine d’euros.