Téléphonie: la CGT redoute que la «guerre des prix» ne nuise aux salariés

335

 

La fédération CGT des télécommunications a affirmé jeudi dans un communiqué que la «guerre des prix» des opérateurs de téléphonie mobile, relancée par l’arrivée de Free avec des prix cassés, ne devait pas «se faire sur le dos des salariés». Pour la CGT FAPT, «cette guerre des prix» qui oppose Free aux 3 autres gros opérateurs installés, Orange, SFR et Bouygues Telecom, «les patrons de ces entreprises vont inévitablement tenter de la faire payer aux salariés». Selon le syndicat, la liste des «conséquences prévisibles» pour les salariés est longue: «baisse de rémunération indirecte, gel des salaires, suppressions demplois, augmentation des charges de travail, augmentation de la pression au quotidien, aggravation du mal-être au travail…». La CGT prévient en outre que la bataille des prix ne va pas nécessairement améliorer l’accès au haut débit sur le territoire pour les Français, les dirigeants étant prêts «pour faire du profit», à «exclure une partie de la population jugée non rentable». En conséquence, la CGT appelle les salariés du secteur à participer à la journée de mobilisation organisée par le syndicat à l’occasion du sommet pour l’emploi.