RFI : les syndicats votent la reprise de la grève lundi

1467

 

L'ensemble des syndicats de RFI a voté jeudi à une reprise de la grève lundi, après un mois d’interruption, et adressé une lettre ouverte au Premier ministre, dénonçant le projet de fusion avec France 24 et un plan de suppression d’emplois. «Depuis 3 ans, la radio subit de prétendues réformes structurelles et éditoriales qui n’ont qu’un seul objectif: détruire ce qui fait son coeur de métier pour mieux la dépecer: suppressions de rédactions de langues, instauration d’une rédaction unique, réduction de la production, déstabilisation des salariés, message brouillé à l’international», écrivent les syndicats à François Fillon. Dans cette lettre, les syndicats dénoncent également un plan de suppression portant sur 126 postes «alors que 206 l’ont déjà été dans le plan 2009». Ce plan concerne également France 24. «C’est un plan provoqué par une réorganisation de l’entreprise, qui entraîne des doublons de certains postes», a déclaré Geneviève Goëtzinger, directrice déléguée de la radio. Les syndicats de RFI (CFDT, FO, SNJ, SNJ-CGT, SNRT-CGT, SUD) ont en outre voté jeudi en Assemblé générale une grève qui démarrera lundi «zéro heure, pour une durée indéterminée», selon un communiqué. La grève précédente avait duré 2 semaines jusqu’au 12 décembre. Elle avait été peu suivie mais perturbé fortement la diffusion.Les syndicats de RFI sont opposés à la fusion avec France 24, décidée dans le cadre du rapprochement de toutes les entités de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF). Il est également prévu que RFI quitte la Maison de Radio France à Paris pour emménager près de la télévision France 24 à Issy-les-Moulineaux.