Un «tsunami médiatique» a déferlé sur le procès d’Amanda Knox

411

Le procès Amanda Knox à Pérouse a été marqué par une véritable «frénésie médiatique», en Grande-Bretagne où les tabloïds ont enquêté à charge sur l’Américaine tandis qu’aux Etats-Unis les networks prenaient partie pour leur compatriote au visage d’ange. «Elle arrive!». La rumeur monte dans la troupe des reporters. Les flashs des photographes crépitent quand Amanda pénètre dans le tribunal de cette ville du centre de l’Italie. Le flot de photographes et cameramen se retire comme une marée quand les juges entrent dans la salle d’audience et revient à chaque pause du procès pour tenter d’immortaliser la vraie protagoniste de l’affaire: la jolie Amanda, une Américaine de 24 ans aux yeux bleus. La même scène se répète à chaque audience depuis le début du procès pour le meurtre en 2007 à Pérouse de la jeune
britannique Meredith Kercher pour lequel sa colocataire a été condamnée en première instance en 2009 à 26 ans de prison tandis qu’en appel le parquet a demandé la perpétuité. Ce meurtre mêlant sexe, alcool et drogue a tenu en haleine les médias anglo-saxons, au point qu’une télévision américaine a diffusé en février un téléfilm inspiré du drame, au grand dam des familles des accusés, qui ont tenté en vain d’en empêcher la diffusion, et de la victime. Face au tribunal, les camionnettes des télévisions ont envahi la pittoresque place médiévale où les correspondants se relaient sous des tentes pour rendre compte des moindres développements.